Non aux massacres dans les villages kurdes (déclaration de la Plate-forme Belge pour le NON

Non aux massacres dans les villages kurdes

En Turquie, le 16 avril 2017, la nouvelle constitution instaurant le système présidentiel sera votée. Depuis le 11 février le régime de l’AKP du palais (Erdogan) a augmenté ses attaques envers le peuple kurde.

A Nusaybin (Mardin), depuis le 11 février, les forces de l’ordre turque ont pris le pouvoir sur la région et agissent à l’encontre des droits de l’Homme. De plus, ils est strictement interdit d’entrer dans la région. Dans le village de Xerabe Bava, Il y a de nombreuses personnes exécutées et les tortures perpétuées envers le peuple continuent.

La commission des droits de l’homme de Turquie (IHD) a essayé en vain d’entrer dans le village. Elle a tout de même rencontré quelques personnes qui ont pu s’échapper du village et ont réalisé un rapport. Les villageois disent que trois personnes ont été exécutées et que les tortures continuent sur la place publique du village.

Dans un autre village, Talate, les forces de l’ordre ont coupé l’électricité et l’eau courante, et ont commencé a détruire les habitations des villageois. A Lice, Kulp Silvan (situé à Amed), un couvre feu a été instauré le 24 février. Les forces d’état turque ont brûlé des personnes, une d’entre elle a perdu la vie.

Nous, les kurdes, turques, arméniens, assyriens, alevis, sommes contre un régime dans lequel un homme détiendrait tous les pouvoirs et contre la dictature d’Erdogan. Nous exprimons donc notre mépris envers ces actions inhumaines faites envers le peuple kurde. Le régime turque doit retirer le blocus dans les régions kurdes et permettre aux comités d’entrer dans les villages. Si le régime turque pense que les kurdes vont voter “oui” parce que l’état les attaque et les soumit aux tortures, il se trompe.

D’un autre côté, l’AKP et le Palais travaillent sur l’aspect politique en essayant d’exclure et fermer le Parti Démocratique des Peuples (HDP). Pendant que les députés du HDP continuent d’être arrêtés, la coprésidente du parti a perdu son statut de député (alors que celle-ci est toujours en prison). Retirer le statut de député à une personne élue par le peuple c’est retirer au peuple, et plus particulièrement aux femmes, leur volonté. Les sanctions et le retrait de statut de nos députés par la justice de l’AKP n’ont pour nous aucune signification.

Nous, la Plateforme du “Non” de Belgique, invitons la presse et les citoyens belges à suivre les et être attentifs aux blocages envers les villages kurdes ainsi qu’aux attaques. L’état turque tente de réaliser un massacre en instaurant un blocus comme cela a été réalisé en printemps l’année dernière dans les villages de Cizre, Sur, Sirnak, Silopi. L’AKP/le Palais n’obtiendra rien de ces attaques, comme les fois précédentes et connaîtra certainement une défaite.

Nous appelons aussi la presse et des citoyens belges à prendre part aux délégations européennes qui suivront le processus de vote dans le référendum en Turquie le 16 avril.

Nous demandons l’arrêt des massacres dans les villages kurdes! Non à la dictature d’un seul homme!

PLATE-FORME BELGE POUR LE NON

[email protected]

News on IHD report in English: https://komnews.com/turkeys-human-rights-association-publishes-report-on-under-siege-kurdish-village/

IHD report in Turkish: http://www.ihd.org.tr/mardin-ili-nusaybin-ilcesi-kurukoy-koyunde-xeraba-bava-koyu-yasandigi-iddia-edilen-hak-ihlallerine-iliskin-inceleme-raporu/

CHP’s deputy Sezgin Tanrıkulu shares the photograph of a tortured man from Xerabe Bave: https://twitter.com/MSTanrikulu/status/834349244597276672/photo/1?ref_src=twsrc%5Etfw

Non au fascisme et à la dictature d’un personne

Le régime du AKP et d’Erdogan changeait le pays après les élections de juin 2015 dans une zone de guerre. Les villes kurdes sont devenues des ruines. Les attaques génocidaires continuent jour après jour. Erdogan utilisait le coup du 15 juillet, sur le quelle il y a toujours beaucoup de questions, comme opportunité pour faire son propre coup contre les forces progressistes, démocratiques et révolutionnaires. Maintenant le régime veut organiser le 16 avril un referendum sur le changement de la Constitution, en coalition avec le MHP d’extrême-droite. Le but? La dictature d’une personne.

Nous, les immigrés et réfugiés originaires de la Turquie et du Kurdistan habitant en Belgique, nous sommes rassemblés pour dire stop à cette folie. Nous disons résolument Non contre le régime et sa constitution qui terrorise les travailleurs.

  • Non contre le coup contre la volonté du peuple et l’état d’exception continuelle, contre les plans de guerre et les décrets du gouvernement;
  • Non contre la disparition de la séparation des pouvoirs;
  • Non contre le système qui concentre tout le pouvoir dans les mains d’une personne, même le pouvoir de dissoudre le parlement et de nommer des personnes non-élues comme politiciens. Un système qui sent fort le sultanat;
  • Non contre l’oppression des peuples, de la classe travailleuse, des religions, des femmes, des LGTB.

Non, parce-que:

  • La politique d’un état, un peuple, une langue, un drapeau, implique la négation de l’existence du peuple kurde et de tous les autres peuples. Nous demandons leur reconnaissance.
  • Nous sommes pour le droit à l’éducation dans la langue maternelle.
  • Nous voulons la cohabitation pacifique des peuples de la Turquie et du Kurdistan.
  • Nous demandons l’égalité pour les Alevites, Ezidis, Arméniens, Assyriens et tous les groupes religieuses et culturelles..
  • Nous ne voulons pas des miettes pour les travailleurs mais le droit de grève, le droit à des conventions collectives et des droits syndicales. Nous nous opposons au travail intérim.
  • Nous ne voulons pas que les droits fondamentaux soient atteintes. Nous demandons que les tortionnaires soient jugés.
  • Nous ne voulons pas que les femmes soient enfermées à la maison, leur travail volé et que leur existence soit réduite à la maternité. A bas les obstacles à la liberté.
  • Nous sommes contre la domination masculine et la violence contre les femmes, les efforts de légaliser la maltraitance sur mineurs, d’imposer une mode de vie rétrograde, la discrimination et les meurtres des LGBT.

La garantie des droits de chacun et chacune est une autre constitution. Une constitution qui reconnaît le droit des peuples à l’autodétermination, donne la liberté à toutes les religions, aux femmes et aux jeunes, aux intellectuels et donne des garanties pour le respect de tous les droits fondamentaux et démocratiques. Nous voulons pareil constitution. Pour cela: un NON fort contre une constitution qui veut imposer l’inverse.

Construisons ensemble une société égalitaire, démocratique et libre.

La plate-forme belge pour le NON:

Doğan Özgüden (journaliste)

İnci Tuğsavul (journaliste)

İsmail Doğan (caricaturiste)

Fatma Binici (Union des femmes alevi en Europe)

Kadir Amaç (écrivain – sociologue)

Ali Rıza Soydan (acteur de theatre)

İnfo-Turk

NAV-BEL (Centre Démocratique kurde-Belgique)

FEDA( Féderation Démocratique alevi)

Belçika Süryani Dernekleri (Associations syriaques de Belgique)

Belçika Ermeni Demokratlar Derneği (Association des démocrates arméniens de Belgique)

Belçika Kürt Kadın Hareketi (Mouvement de femmes kurdes de Belgique)

SKB-Belçika ( Association Socialiste de Femmes)

Brüksel Halkevi (Maison Populaire Bruxelles)

Belçika Maraş Girişimi (Initiative Maraç Belgique)

Toplumsal Dayanışma Ağı Belçika İnisiyatifi (Reseau de solidarité sociale – Initiative belge)

Avrupa Futbol Federasyonu (Féderation européenne de football)

HDK-Belçika (Congrés Démocratique des Peuples-Belgique)

KCDK-E (Congrés Démocratique kurde-Europe)

ESP Avrupa Temsilciliği(Parti Socialiste des opprimés-Europe)

Emek ve Özgürlük Cephesi Avrupa İnisiyatifi (Initiative européenne du Front du Travail et de la Liberté)

ATİK- Belçika (Conféderation de Travailleurs turques en Europe)

Devrimci Parti (Parti Révolutionnaire)

© 2014 KIB |Jindar Multimedia

Scroll to top