Kurdistan

Terre des Kurdes

Le Kurdistan – littéralement, « la terre des Kurdes » – est la région du Moyen-Orient considérée comme la patrie du peuple kurde.

À l’issue de la Première Guerre mondiale, les Alliés divisèrent le territoire de ce qui deviendra la Turquie, la Syrie, l’Irak et l’Iran actuels. Dans chacun de ces pays, la population kurde sera alors victime de violentes discriminations.

Le fil conducteur des divers événements historiques au sein des quatre régions composant le Kurdistan sera en effet une répression sanglante, doublée de graves violations des droits de l’homme.

Des groupes kurdes vivent également en Arménie et en Azerbaïdjan. Enfin, il existe une très importante diaspora kurde composée d’1,5 million de personnes, dont près de la moitié vit en Allemagne.

Avec une population estimée à 35-45 millions, le peuple kurde est l’une des plus grandes nations au monde à ne pas avoir son propre État.

En raison de l’oppression constante, la langue kurde n’a jamais été uniformisée. Aujourd’hui, l’on parle différentes variantes du Kurde (Kurmancî, Soranî, Pehlawî, Hewramiî, Goranî, Zazakiî…).

Comme le reste du Moyen-Orient, le Kurdistan est constitué d’une véritable mosaïque de groupes ethnico-religieux. De nombreux autres peuples vivent parmi les Kurdes, y compris certains Arabes, Arméniens, Araméens (chrétiens orientaux), Turkmènes, Turcs, Azéris, ainsi que d’autres groupes méconnus comme les Shabak.

La plupart des Kurdes sont des musulmans sunnites. Cependant, l’on trouve également des kurdes chiites, alévis, chrétiens, juifs ou adeptes de religions moins connues telles que le yézidisme ou le yârsânisme.

Pour la plupart des mouvements politiques kurdes, le respect de cette diversité ethnique et religieuse revêt une importance capitale.

Les Kurdes nomment les quatre parties de leur patrie après les quatre points cardinaux: Bakur (nord), Rojhilat (est), Başȗr (sud) et Rojava (ouest).

Cliquez sur ces régions pour en savoir plus sur leurs histoires!

Carte Kurdistan
Bakur Arménie et Azerbaïdjan Rojhelat Başȗr Rojava

Bakur

Kaart Bakur

Arménie et Azerbaïdjan

Kaart Armenie en Azerbeidzjan

Outre les quatre régions du Kurdistan, il existe également des groupes de population kurdes plus petits en Arménie et en Azerbaïdjan.

Rojhelat

Koerdische Zon

... Tekst voor Interactieve Kaart Rojhilat ...
In het noordwesten van Iran ligt Rojhilat (‘oosten’).

Başȗr

Vlag Basur

Rojava

Rojava Vlag

... Tekst voor Interactieve Kaart Rojava ...
In het noorden van Syrië ligt Rojava (‘westen’).

Histoire

d'une nation apatride

Des découvertes archéologiques faites à Jarmo (Irak) témoignent d’une région habitée dès le 7e millénaire avant notre ère. Si les premiers signes d’une forme de Kurdistan remontent à environ 3000 ans av. J.-C., le territoire a obtenu sa structure ethnique actuelle avec les invasions perses de 800 av. J.-C. environ.

Au fil du temps, les Kurdes ont été intégrés dans la plupart des cultures avoisinantes, ou conquis par elles. Au XVIe siècle, la région fut divisée entre les empires ottoman et safavide (dynastie azérie qui gouvernait alors la Perse). À l’époque ottomane, les Kurdes vivaient pour la plupart près d’Amed et gardaient les frontières extérieures de l’Empire ottoman, recevant en retour une autonomie considérable dans certaines provinces.

Cependant, au milieu du XIXe siècle, les régions kurdes de l’Empire ottoman furent ramenées sous contrôle du gouvernement central à Istanbul. Cette situation perdura jusqu’à la chute de l’Empire ottoman à la fin de la Première Guerre mondiale.

Le génocide arménien

On qualifie de « génocide arménien » le massacre commis à l’encontre d’entre 1 et 1,5 millions d'Arméniens au sein de l'Empire ottoman pendant le régime des Jeunes Turcs.
>>>

Chute de l’Empire ottoman

L’Empire ottoman est renversé par la Première Guerre mondiale en 1918, avec la signature de l'armistice de Moudros, à bord du cuirassé HMS Agamemnon, dans le port de Moudros, sur l'île grecque de Limnos.
>>>

Traité de Sèvres

Le traité de Sèvres est un traité de paix signé le 10 Août 1920 entre les Alliés et l'Empire ottoman vaincu. Il prévoit une région autonome pour un État kurde (article 64).
>>>

Traité de Lausanne

Le Traité de paix de Lausanne met fin à la guerre gréco-turque de 1921-1922, établissant ainsi les nouvelles frontières de la Turquie. Il survient le 24 juillet 1923, au Palais Rumine de Lausanne (Suisse), après des négociations entamées en novembre 1922.
>>>

La révolte de Cheikh Saïd

En 1925, des milliers de Kurdes, menés par le cheikh Saïd, se révoltent contre le régime nationaliste d'Atatürk.
>>>

République d'Ararat

Des indépendantistes kurdes proclament la République d'Ararat le 28 octobre 1927, lors de la révolte du même nom, conduite par le général Ihsan Nuri Pacha.
>>>

Massacre de Zilan

Le massacre de Zilan fait référence au massacre de milliers de Kurdes habitant la vallée de Zilan par l’armée turque les 12 et 13 juillet 1930, lors des derniers soubresauts de la révolte de l'Ararat.
>>>

Massacre de Dersim

Menés par Seyid Riza, les Kurdes alévis de Turquie orientale (région de Dersim) se révoltent contre le gouvernement turc.
>>>

République de Mahabad - PDK

La République de Mahabad fut, de janvier à décembre 1946, un État autonome sous contrôle kurde dans le nord de l'Iran. Y fut également établi le siège du Parti Démocratique du Kurdistan (PDK).
>>>

Premier conflit kurde en Irak

La première guerre irako-kurde, ou « révolte d’Aylul », eut lieu entre 1961 et 1970. Il s’agissait au départ d’une tentative des Kurdes, sous le commandement de Mustafa Barzani, d’établir une autonomie kurde dans le nord de l'Irak.
>>>

Traité de paix irako-kurde

En mars 1970, Kurdes et Irakiens signent un traité de paix et d’autonomie qui met fin à la guerre. Ce traité, censé prendre cours dans les 4 années à venir, donne aux Kurdes accès au système politique irakien, avec trois gouverneurs.
>>>

Deuxième conflit irako-kurde

1974. Le PDK attaque les troupes irakiennes après le refus du gouvernement irakien de rétrocéder Kirkouk aux Kurdes.
>>>

Création de l’UPK

Émanation du PDK, l’UPK (Union Patriotique du Kurdistan) émarge dans la région du Bashur (Kurdistan irakien). Les deux partis, menés d’un côté par Jalal Talabani (UPK) et, de l’autre, par Mustafa Barzani puis par son fils Massoud Barzani (PDK), entrent rapidement en conflit.
>>>

Création du PKK

Le Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) est fondé le 27 novembre 1978 à Fis (province de Diyarbakir en Turquie orientale) dans le but de mettre fin à la « colonisation » turque en Turquie orientale et de permettre la réalisation d'un Kurdistan indépendant et uni. Depuis sa création Öcalan, est le chef du PKK.
>>>

Opération Al-Anfal

À la fin des années 70 et 80, les Kurdes se rebellent contre les régimes locaux dans les différents États qui se divisent leur territoire (Iran, Turquie et Irak). Cela aboutira à l'opération Al-Anfal (du nom d’une sourate issue du Coran), qui fera de nombreuses victimes.
>>>

Fin de la Première Guerre du Golfe

Après la Première Guerre du Golfe, les Kurdes irakiens se soulèvent contre Saddam Hussein et, grâce à la zone d'exclusion aérienne imposée par l'Organisation des Nations Unies, obtiennent une région autonome kurde peuplée de 3 millions de personnes.
>>>

Opération dans le nord de l’Irak

En 1992, la Turquie lance l’« Opération Irak du Nord » et attaque le PKK de l’autre côté de la frontière afin de mettre fin à la guérilla du PKK contre son territoire au départ de l'Irak. UPK et PDK vont aider les Turcs au cours de cette opération dans l'espoir d'améliorer leurs relations avec la Turquie.
>>>

Guerre civile kurde

En 1994, une guerre civile éclate entre le PDK de Massoud Barzani et l'UPK de Jalal Talabani pour le contrôle de la région autonome kurde du nord de l'Irak.
>>>

Arrestation d’Öcalan

En 1999, Öcalan, fondateur et chef du PKK, est enlevé par les services secrets turcs à l'ambassade de Grèce du Kenya. Il est depuis lors enfermé sur l'île-prison d'Imrali.
>>>

Invasion de l'Irak

Le 20 mars 2003, la « Coalition des volontaires » menée par les Etats-Unis et le Royaume-Uni entre en Irak. Les Kurdes s’associent à la guerre contre Saddam Hussein.
>>>

Création des TAK

Les Faucons de la Liberté du Kurdistan (ou TAK: Teyrebazen Azadiya Kurdistan), sont des militants nationalistes kurdes basés en Turquie et qui visent la création d’un État kurde indépendant.
>>>

Les émeutes de Qamishli

En mars 2004, un affrontement spontané entre supporters arabes et kurdes lors d'un match de football, dans la ville de Qamishli (Syrie du nord-est), conduit à des heurts violents.
>>>

Kurdistan syrien autonome

Au cours du Printemps Arabe de 2011, le soulèvement des Syriens contre leur président, Assad, dégénère en une sanglante guerre civile.
>>>

Triple meurtre

Trois militantes kurdes sont assassinées le 9 janvier 2013 et trouvées le lendemain dans les locaux du Centre d'information du Kurdistan à Paris.
>>>

Kobanê

Kobanê, ville du nord de la Syrie et plus spécifiquement de la région autonome kurde de Rojava, aux mains des YPG depuis 2012, est attaquée par les combattants de Daesh. La bataille fait rage entre septembre 2014 et janvier 2015.
>>>

Shengal

Au cours de leur deuxième offensive dans le nord de l'Irak en août 2014, les combattants de Daesh capturent la ville Shengal des mains des Kurdes, y massacrent des milliers d'hommes yézidis et prennent leurs femmes comme esclaves sexuelles.
>>>

Coup d’État manqué en Turquie

Le 15 juillet 2016, une partie de l'armée turque tente un coup d'État qui échouera, avec comme conséquences des centaines de morts et d’arrestations, suivies d’une répression extrême.
>>>

Kirkouk

La ville de Kirkouk au nord de l'Irak a toujours été âprement disputée en raison de son pétrole et de sa position stratégique. Elle est peuplée de Kurdes, de Turkmènes d’Irak, d’Arabes et d’Assyriens.
>>>

Afrin

Afrin, ville du nord de la Syrie capturée par les milices kurdes YPG et YPJ pendant la guerre civile syrienne, tombe entre les mains de rebelles syriens appuyés par la Turquie en mars 2018.
>>>

Retrait des troupes américaines de Syrie

Le 19 décembre 2018, le président Trump annonce le retrait complet des troupes américaines de Syrie.
>>>
– Source des images de la chronologie: Wikimedia –
X
F
E
E
D

B
A
C
K