Un des sujets brûlants dans la vie socio-politique belge est sans aucun doute l’arrivée des réfugiés politiques. 

Menacés de peines de prison allant jusqu’à 300 ans dans plusieurs procès d’opinion, les journalistes Doğan Özgüden et Inci Tuğsavul, son épouse, ont dû quitter leur pays natal après le coup d’Etat militaire de 1971 en Turquie. Depuis lors, ils font partie de plusieurs initiatives en vue de la défense des droits fondamentaux et l’insertion socio-culturelle des citoyens d’origine étrangère, tout en poursuivant leur combat contre les pratiques répressives tant en Turquie que dans le monde.

Ce livre de Doğan Özgüden comprend ses mémoires depuis son enfance à l’époque de la 2e guerre mondiale jusqu’à nos jours.

Il y a deux ans, à l’occasion de la Journée mondiale de la liberté de la presse du 3 mai, l’Association des journalistes professionnels de Belgique (AJP) annonçait l’oeuvre d’Özgüden en ces termes: 

“Après 57 années de métier, le journaliste professionnel Doğan Özgüden a décidé de mettre sur papier une partie de sa mémoire à partir de son exil bruxellois qui dure depuis près de 40 ans. Ecrit en langue turque dans un style littéraire particulièrement agréable à lire, l’imposant ouvrage retrace le parcours très particulier d’un fils de cheminot passionné par le journalisme et la gauche radicale turque qui sera contraint de fuir la répression et la dictature militaire sans jamais renier son combat pour les valeurs qu’il veut défendre. Le livre débute déjà par un constat de colère contre cet Etat turc, son appareil administratif, ses extrémistes nationalistes, ses fondamentalistes religieux, ses journalistes pro-régime et ses associations connexes qui ont tenté durant ces quarante dernières années d’utiliser tous les moyens pour saboter le travail d’Info-Türk (spécialisée sur la Turquie et les droits de l’Homme, les pressions sur les médias, la question kurde, les minorités, l’immigration) gérée par Doğan Özgüden et son épouse Inci Tugsavul. Les poursuites judiciaires se multiplient à l’égard de ce couple de journalistes condamné à l’exil. Le livre rappelle ainsi la notification de la déchéance de leur nationalité turque, qui fut demandée par l’ex-Premier ministre Turgut Özal et envoyée par l’ambassade de Turquie à Bruxelles en 1998 au motif d’avoir perturbé une conférence de presse du Premier ministre turc de passage à Bruxelles.” 

“La force de l’ouvrage réside dans la narration des grands bouleversements qui ont touché la République de Turquie à travers le vécu d’un simple citoyen et acteur de terrain. D’un coup d’Etat (1960) à un autre (1971) et encore un autre (1980), Dogan Özgüden arrive à condenser, scénariser et transmettre l’évolution du paysage politique, médiatique et social dans son pays d’origine avec lequel il cultive une relation d’amour-haine toujours inachevée.”

Le livre met en lumière le côté toujours ignoré de l’immigration en provenance de Turquie qui a commencé en 1915 avec le génocide des Arméniens et Assyriens et continue avec l’arrivée massive des réfugiés d’origines différentes, notamment des Kurdes, après les coups d’état militaires de 1971 et 1980. Özgüden partage le chagrin, la nostalgie et l’espoir de toutes celles et tous ceux qui ont été arrachés de leur terre natale par des régimes répressifs et plus particulièrement des diasporas anatoliennes.

 

Ce livre est également un document marquant la naissance et les luttes des Ateliers du Soleil  dont Özgüden, avec son épouse et sa compagne de lutte Inci Tugsavul, est un des fondateurs, centre qui célèbre son 40e anniversaire en 2014.

 

Academic and Scientific Publications (ASP)

ISBN: 9789057183737

624 pages

€ 24,95

 

CONTENTS

REVIEWS (En français et turc)

COMMANDEZ

Autres liens concernant ce livre publiés en deux volumes en Turquie:

http://www.info-turk.be/publications.htm

http://www.info-turk.be/Vatansiz%20yankilar.htm

 

INFO-TURK

http://www.info-turk.be

53, rue de Pavie

1000 BRUXELLES

Tel: (32-2) 215 35 76

Fax: (32-2) 215 58 60

X
F
E
E
D

B
A
C
K