L’histoire semble se répéter pour Bahar Kimyongur, ce ressortissant belge (il est né dans la banlieue bruxelloise), autrefois poursuivi pour « appartenance à une organisation terroriste (le mouvement d’extrême-gauche Dhkp-c », des faits dont il fut acquitté.

Kimyongour se trouvait en Espagne avec son épouse Deniz et ses deux enfants. Ils ont été interpellés, hier, par une escouade de policiers en civils, probablement membres de la Sûreté espagnole, alors qu’ils visitaient la cathédrale de Cordoue. Bahar Kimyongur a été emmené en détention. Il devait être transféré jeudi à Madrid devant une unité anti-terroriste et présenté au juge appelé à statuer sur son extradition demandée par la Turquie. L’état ottoman réclame depuis des années son extradition pour des « faits de terrorisme ». Le mandat d’arrêt transmis par Interpol avait été suspendu avant d’être réactivé le 28 mai dernier, soit quelques jours avant son départ en vacances. Ce mandat d’arrêt international se fonde sur son intervention lors d’une comparution à Bruxelles de l’ex-ministre de la Justice turc qui avait été verbalement vilipendé par Bahar Kimyongur et ses sympathisants, sans qu’aucune violence n’ait été commise.

L’histoire semble effectivement se répéter pour Kimyongur. Ce diplômé d’histoire de l’art et d’archéologie de l’ULB avait été poursuivi devant les tribunaux de Bruges (5 ans de prison), les Cours d’appel de Gand, Anvers et Bruxelles qui l’avait définitivement acquitté, après un long parcours devant la cour de cassation. Après sa libération, il avait été l’objet d’une surveillance continue de la Sûreté de l’Etat et des unités anti-terroristes de la police judiciaire. Le 28 avril 2008, comme l’avait révélé « Le Soir » à l’époque, il avait été intercepté à Doordrecht (Pays-Bas) dans le but d’être livré à la Turquie, malgré sa nationalité belge. Deux jours plus tôt, une réunion rassemblant 30 fonctionnaires (Justice, Parquet fédéral, police judiuciaire et zonale, etc.) avait mis au point ce scénario de l’interpellation de Kimyongur dans le but de satisfaire les services turcs qui reprochaient aux services belges d’avoir laissé échapper la militante du DHKP-C, Fehryie Erdal, logée dans le « bureau » bruxellois de l’organisation turque, et soupçonnée d’avoir commis trois meurtres dans la tour Sabanci à Ankara. Ces faits ont été dénoncés à la Belgique et devraient faire prochainement l’objet d’un procès d’assises par défaut (Erdal est en fuite).

La livraison de Kimyongur aux Pays-Bas avait fait l’objet de nombreux débats parlementaires. Le dossier relatif à cette affaire est contenu dans un coffre-fort du Sénat. Les proches de Kimyongur s’étonnent de la répétition de cet épisode. « Les agents qui l’ont arrêté étaient en civil, ils ne pouvaient pas savoir qu’il était en Espagne sans l’appui des services belges », estime l’une de ses proches. « Parce qu’il n’y a pas d’enregistrement aux frontières, donc, il devait être surveillé ».

Bahar Kimyongur était revenu ces dernieres semaines au faîte de l’actualité en commentant (dans « Le Soir », notamment) le sort des Belges partis combattre en Syrie. Ses positions, contestées, ont sans doute refocalisé l’attention des autorités turques sur lui et la délivrance d’un nouveau mandat d’arrêt international. (Le Soir, MARC METDEPENNINGEN, 18 juin 2013)

Appel par l’équipe Investig’Action

Nous appelons chacun à dénoncer cette violation du droit d’expression, cette basse vengeance des politiciens qui s’alignent sur les Etats-Unis, Israël et la Turquie ! 

Faites circuler ce message sur le Net, facebook et partout, interpellez vos mandataires politiques et les médias.

Demandez des comptes à la ministre Milquet. Elle ne bouge pas pour aider les parents désemparés, mais se rend complice d’Erdogan pour arrêter Bahar :

 

Cabinet du ministère de l’Intérieur, 2 rue de la Loi, 1000 Bruxelles

Tél : 02 504 85 40 Attaché de presse : Geoffroy Kensier : 0478 59 41 51

www.milquet.belgium.be

(http://www.michelcollon.info/Bahar-Kimyongur-arrete-La-verite.html?lang=fr)

Appel par le Comité pour la Liberté d’Expression et d’Association

Dès ce mercredi 19 juin, à 16 heures 30, donnons-nous rendez-vous devant le ministère des Affaires Etrangères (rue des Petits Carmes, entre la Porte de Namur et le Sablon).

Et exigeons «la libération immédiate de Bahar !»…

N.B. Dans sa qualité de Directeur pour la Belgique de l’organisation suisse «Institut international pour la paix, la justice et les droits de l’Homme (IIPJHR)», Bahar Kimyongür joue un rôle très actif dans l’aide des familles belges à retrouver leurs enfants partis sur le front syrien. [Lire]

Par ailleurs, Bahar Kimyongür a joué un rôle actif dans la solidarité envers les manifestants turcs à Istambul et ailleurs en Turquie, se trouvant, d’ailleurs, parmi ceux qui ont appellé à une manifestation de solidarité avec les démocrates turcs le samedi 1er juin à Bruxelles. [Lire]

(http://leclea.be/clea/communiques/19-06-2013_empechons_l-extradition_de_bahar.html)

Autres réactions et données :

•Fr. Wallemacq (RTBF-radio-La Première) : “Focus” 18-06-13 – spécial arrestation Bahar Kimyongür (audio)

•RTBF-Info : Bahar Kimyongür a été arrêté en Espagne

•Secours Rouge : Belgique/Turquie : Bahar Kimyongür arrêté hier en Espagne

•PTB-News : Bahar Kimyongür arrêté en Espagne à la demande de la Turquie : quel rôle joue la Belgique ?

•Bahar Kimyongür interpelle Mme Milquet dans «Ces Belges partis en Syrie» (RTBF-radio-La Première : «Face à l’info» – 13/06/2013 – audio)

•Bahar Kimyongür : «Une ministre belge confirme : Al Qaïda est notre allié indirect en Syrie»

http://www.info-turk.be/418.htm#Bahar

X
F
E
E
D

B
A
C
K