INGERENCE ET SOUMISSION ALARMANTES

Le loup gris du PS n’est pas le seul élu d’origine turque, soutenu par une campagne ultranationaliste et négationniste orchestrée par le régime d’Ankara. Parmi les 77 élus d’origine turque plusieurs ont, pendant leur campagne électorale, fait des déclarations conformes aux instructions du régime d’Ankara. Les réélus PS, MR et CdH se sont déjà distingués depuis des années par leurs prises de position négationnistes sur la question du génocide des Arméniens et Assyriens.

Les élections communales du 8 octobre 2006 ont confirmé une fois de plus le fait que plusieurs partis politiques traditionnels de la Belgique, malgré tous les avertissements, ont bien collaboré avec l’extrême-droite et l’ultranationalisme turcs afin d’obtenir quelques votes de plus de la communauté turque, otage du régime d’Ankara.

La Ministre de la Justice Laurette Onkelinx, elle-même, en vue de conquérir la commune de Schaerbeek, n’a nullement hésité de placer sur la liste électorale du PS un loup gris, dirigeant d’une association d’extrême-droite, proche du parti néo-fasciste turc MHP.

Juste après le scrutin, la tête de liste d’Ecolo Schaerbeek a annoncé que la présence de ce loup gris dans le groupe PS était une des raisons du choix d’entrer dans une majorité avec la liste du Bourgmestre (MR) plutôt que de former, comme cela avait été discuté avant les élections, un "Olivier" avec le Parti Socialiste et le Centre Démocrate Humaniste (ex-Parti Social Chrétien).

En riposte, les dirigeants schaerbeekois du PS se sont défendus en affirmant qu’ils ne connaissaient pas la vraie nature de l’association de laquelle leur colistier est toujours un administrateur.

Une telle imprudence vis-à-vis des candidats ultranationalistes ne peut s’expliquer par la méconnaissance des communautés d’origine étrangère ou des structures ultranationalistes issues de ces communautés.

En tant qu’organisations défenderesses des droits de l’Homme et des peuples tant en Turquie qu’en Belgique, nous avertissons depuis plus de dix ans les partis politiques et les médias belges contre la menace ultranationaliste pesant sur la vie politique belge. Juste avant les élections récentes, le 3 octobre 2006, nous avons lancé l’appel commun suivant:

"Nous attirons par le présent communiqué l’attention des citoyens démocrates sur les dangers post-électoraux générés par ce comportement scandaleux en les appelant à ne pas voter pour les listes comprenant des candidats d’extrême-droite et ultranationalistes….  Le cordon sanitaire… Il est absolument nécessaire, non seulement contre le VB ou FN mais également contre toutes les variétés de l’extrême-droite ou de l’ultranationalisme quelle que soit son origine. "

En dehors de leur notoriété en Turquie, les Loups Gris étaient bien connus par l’opinion belge quand ils ont incendié le 17 novembre 1998 les locaux de l’Institut Kurde de Bruxelles ainsi que ceux d’une autre association kurde et d’une association assyrienne, tout en faisant le signe des loups gris et en brandissant le drapeau du parti néo-fasciste MHP.

Les auteurs de ce crime odieux restent toujours impunis. En plus, la ministre de la Justice ne voit aucune inconvenance de présenter un loup gris sur la liste électorale du PS.

Il y a deux ans, la ministre de la Justice Onkelinx avait déjà planifié sa campagne électorale pour conquérir Schaerbeek tout en comptant sur le lobby turc. En mars 2005, un petit-déjeuner dans son cabinet avec le rédacteur en chef du quotidien turc Hürriyet, accompagné par le Secrétaire d’Etat Emir Kir, était le point de départ. Lors de cette rencontre, afin d’assurer le soutien des médias et associations nationalistes turcs, elle a fait des déclarations fort appréciées par les négationnistes du génocide arménien et assyrien.

Mme Onkelinx a pratiquement ouvert sa campagne destinée à la communauté turque le 26 novembre 2005 lors d’une "soirée pluriculturelle" organisée dans le bar Regata par le député régional Emin Özkara (PS) et des militants du lobby turc.

Lors de sa campagne finale dans les rues de Schaerbeek, elle était toujours accompagnée par ses colistiers ultranationalistes. 

Il est fort significatif qu’au jour du scrutin, le 8 octobre 2006, le quotidien Hürriyet ait appelé les électeurs d’origine turque à sanctionner le MR pour sa position sur la question arménienne en votant massivement pour Mme Onkelinx.

Ce qui nous inquiète, c’est que les médias belges ont malheureusement focalisé toutes leurs critiques relatives aux dérives communautaristes sur quelques cas spectaculaires comme le loup gris du PS. Toutefois, ce loup gris cher à Mme Onkelinx et à son parti n’est pas le seul élu d’origine turque, soutenu par une campagne ultranationaliste et négationniste orchestrée par le régime d’Ankara.

En effet, plusieurs parmi les élus d’origine turque ont, pendant leur campagne électorale, fait, à la presse turque, des déclarations conformes aux instructions du régime d’Ankara.

Certains d’entre eux étaient déjà membres des conseils communaux ou des parlements régional ou fédéral: deux élus PS, deux élus MR et deux élus CdH dans la commune de Schaerbeek, deux élus PS à Saint-Josse-ten-Noode, un élu PS de la Ville de Bruxelles, un PS et une élue CD&V à Evere, un élu CD&V à Anvers, deux élus Sp.A à Gand… En tant qu’élus, ils se sont déjà distingués depuis des années par leurs prises de position négationnistes sur la question de génocide des Arméniens et Assyriens.

La position négationniste d’un réélu PS, également secrétaire d’état au gouvernement bruxellois, a été certifiée par la justice à l’issue d’un procès qu’il a tenté contre deux journalistes.

Un réélu MR à Schaerbeek, tout en contestant la position de son parti sur le génocide arménien et assyrien, a écrit un livre affirmant que ce sont les Arméniens qui ont massacré les Turcs en 1915 et l’a distribué à tous les dirigeants et membres du MR.

Lors du 90e anniversaire du génocide des Arméniens et Assyriens, plusieurs élus ou candidats PS, MR ou CdH, y compris un échevin à Schaerbeek, actuellement réélu, ont organisé des manifestations négationnistes. Certains ont revendiqué le démantèlement du monument Arménien à Ixelles. Le PS, le MR et le CdH sont bel et bien soumis à des chantages négationnistes et ont replacé ces personnes sur leurs listes électorales.

Durant les commémorations du 90ème anniversaire du génocide des Arméniens et Assyriens, certains politiciens de ces partis se sont montrés solidaires avec les peuples arménien et assyrien, en étant critiques avec le régime négationniste d’Ankara. Mais les têtes de listes de ces partis se sont aussi rendues fréquemment auprès d’associations turques au service du lobby d’Ankara pour assurer leur soutien électoral.

Il s’agit d’une hypocrisie évidente.

Actuellement, l’élection des 77 candidats d’origine turque sur 202 dans plusieurs communes bruxelloises, wallonnes ou flamandes est applaudie par les médias turcs comme une "victoire historique" et " une conquête" des Turcs sans faire aucune distinction sur leur appartenance idéologique ou sympathie politique.

Il est temps, notamment à l’approche des élections législatives de 2007, de réfléchir sérieusement aux conséquences dramatiques et dangereuses du choix purement électoraliste de ces partis politiques.

Nous appelons tous les partis politiques belges à rester très vigilants, non seulement contre l’extrême-droite autochtone mais également contre toutes les variétés de l’extrême-droite ou de l’ultranationalisme quelle que soit son origine.
Bruxelles, le 26 octobre 2006

Bogos Bogosian
L’Association des Arméniens Démocrates de Belgique
[email protected]

Nahro Beth-Kinne
Les Associations des Assyriens de Belgique
[email protected]

Derwich M.  Ferho
L’Institut Kurde de Bruxelles
https://www.kurdishinstitute.be

Dogan Özgüden
La Fondation Info-Türk
http://www.info-turk.be

X
F
E
E
D

B
A
C
K