Le 31 aoît 2010 une procédure d’interdiction a été ouverte, sur autorisation du ministère de la justice, à l’encontre de notre télévision, ROJ TV, qui émet sous licence danoise depuis le 1er mars 2004, sous le chef « d’émission partiale et d’incitation à la terreur ». Les poursuites ne se limitent pas à la seule demande de dissolution de ROJ TV et de la société MESOPOTAMIA Broadcast, le parquet requiert en outre que les comptes bancaires des deux entités soient saisis.
Les exemples dont nous allons vous faire part dans les paragraphes qui suivent vont vous démontrer à quel point cette information judiciaire ouverte par le procureur de Copenhague, Lise-Lotte Nilas, à la suite de relations systématiques et de liens particuliers avec la Turquie, est injuste.

Depuis sa création en plus de tous les dialectes kurdes, ROJ TV émet en Asyro-chaldéen, en arabe, en turc, en iranien et en anglais. On cherche aujourd’hui à interdire notre télévision qui est le seul canal d’information, de culture, d’art et de musique des kurdes vivant en Iran, en Syrie, en Irak et en Turquie, ainsi que ceux obligés de s’exiler un peu partout dans le monde sous le prétexte d’émettre de manière partiale et d’inciter à la terreur. Par ailleurs, le fait de saisir les comptes est une interdiction de facto.

Nous tenons à être clair sur un point : cette affaire et cette décision de geler nos comptes n’ont aucun fondement juridique. Non seulement elle est injuste, mais cette information judiciaire ouverte sur la demande de la Turquie et de certaines puissances internationales est un coup grave porté au droit à la libre expression et à la libre information des kurdes. Par ce biais, on s’attaque au libre arbitre des kurdes, mais plus encore on nie la volonté, la langue, la culture, l’art et l’identité politique de plus de 40 millions d’âmes vivant en Mésopotamie et en Anatolie. Cette action empêchant la libre information des kurdes et leur libre expression est aussi une atteinte aux principes internationaux de liberté de la presse et au droit d’un peuple d’être librement informé. Il est de notre devoir de rappeler une fois encore cette réalité.

L’information judiciaire ouverte par le procureur de Copenhague contre notre télévision est totalement liée aux intérêts économiques et politiques internationaux. Par ces poursuites, on sacrifie le peuple kurde et on remet sa tête à l’Etat turc dans un plateau d’argent. Cette affaire ne peut pas être analysée autrement. Depuis 6 ans, l’Etat turc a travaillé sans relâche pour obtenir l’interdiction de notre chaîne et avec cette information judiciaire, il a partiellement atteint son but. C’est à partir de faits concrets que nous faisons cette analyse.

Il suffit de relire la déclaration faite par l’Ambassadeur de Copenhague, Monsieur Berki Dibek, à propos de cette affaire d’interdiction de notre chaîne : « cette décision du Danemark d’ouvrir une information judiciaire contre ROJ TV en vue de l’interdire nous ravit. Nous faisons confiance à la justice danoise, dont nous savons qu’elle donnera à cette chaîne (sous entendue ROJ TV) la peine qu’elle mérite ». Par ailleurs, l’ambassadeur Berki précisait « lors de l’enquête nous avons collaboré de manière proche avec le Danemark et nous allons continué à l’être ».

Cette déclaration de l’ambassadeur turc démontre bien ce que peut signifier cette procédure d’interdiction ouverte à l’encontre de ROJ TV. Mais ce n’est pas tout, comme chacun le sait, lors de l’élection d’Anders Fogh Rasmussen au secrétariat général de l’OTAN, toutes les tractations ont eu lieu autour de ROJ TV. Nous affirmons par conséquent que cette procédure n’est nullement juridique mais bien politique et lancée sous la pression de l’Etat turc.

Rappelons également que depuis un certain temps déjà l’Etat turc afin d’empêcher les émissions de notre télévision et de créer contre elle un bloc international a demandé à l’Allemagne puis aux Etats Unis d’intervenir en la matière pour faire pression et de manière systématique sur l’Etat hôte de la licence qu’est le Danemark. Tous les arguments avancés par l’Etat turc pour obtenir l’interdiction de notre chaîne ont été, sur la demande de l’Etat danois, examinés par le Secrétariat Danois des Médias, qui à la suite de son enquête a déclaré dans son rapport que notre télévision respectait bien les normes internationales de diffusion. Cette décision du parquet de Copenhague d’entamer des poursuites judiciaires et de demander la saisie des comptes de notre chaîne malgré le rapport du Secrétariat Danois des Médias, précisant que nos émissions ne présentaient aucune infraction, qu’elles étaient conformes à la législation internationale et que nos programmes ne présentaient pas un caractère violent, est éminemment politique. Depuis 5 ans, à la suite de toutes les enquêtes et informations menées, face aux médias les chefs de la police danoise déclaraient « aucun document, ni aucune information ne permet de prouver le lien de ROJ TV avec une quelconque organisation illégale », pourtant en quelques jours ces derniers ont changé radicalement leur position nous accusant « d’émettre de manière partiale et d’inciter à la terreur ». De là, ils ont rapidement décidé d’ouvrir cette information judiciaire et de saisir nos comptes.
Cette affaire est une décision liée à la rente née des accords militaires et économiques passés entre la Turquie et l’Allemagne sous la directive politique des Etats Unis. L’Etat danois a montré une certaine résistance face à cette alliance tripartite et a jusqu’aujourd’hui refusé de se rendre malgré les pressions économiques et politiques subies. Mais malheureusement au point où nous en sommes, l’Etat et le gouvernement danois traversent une phase de turbulence à ce sujet et s’éloignent de leur position d’indépendance et de lutte contre l’injustice. Cette procédure est la conséquence de l’absence de prise de position de l’Etat danois face aux puissances internationales. Les conséquences en sont désastreuses : les kurdes, la liberté de la presset et les droits de l’Homme sont sacrifiés.

Dans cette partie de notre intervention, nous allons essayer de vous donner quelques exemples qui démontrent à quel point la Turquie a pu faire pression sur le Danemark et son gouvernement pour faire interdire notre télévision, ROJ TV. Par ces exemples, vous allez vous rendre compte que la décision prise à l’encontre de notre chaîne n’est nullement juridique mais bien politique.

La Turquie, lors de l’élection d’Anders Fogh Rasmussen au Secrétariat Général de l’OTAN, a durci sa position. N’hésitant pas à s’opposer à la nomination de Rasmussen au poste de Secrétaire général,  la Turquie a même usé de son droit de véto. Alors même qu’il était le candidat commun de tous les pays occidentaux, son élection devenait impossible. C’est à ce moment précis que sont intervenus les Etats Unis et l’Union Européenne pour convaincre la Turquie. Profitant de cette intervention, la Turquie a déballé toutes ses demandes et fait chanter les Etats européens et les Etats Unis. Et à la tête de toutes ses demandes, la Turquie a placé l’interdiction de notre chaîne. Elle a simplement dit « si vous faites interdire ROJ TV, je retire mon véto ». Par ailleurs, elle y a adjoint d’autres souhaits tels la nomination de personnalités turques en tant que secrétaire général adjoint de l’Otan, sa désignation en tant que membre responsable de la démilitarisation et représentant de l’Otan en Afghanistan. A la fin de ces tractations, des garanties ayant été donné à la Turquie, le premier ministre Erdogan a retiré son véto. Et le premier ministre de dire « nos craintes ont été dépassées grâce et par l’action du Président Obama. Et sur ce, nous avons voté positif. Nous espérons que les garanties qui nous été données seront respectées ». Cette déclaration a été analysée comme la fin des émissions de ROJ TV et la nomination de militaires turcs comme adjoint de Rasmussen et à d’autres postes importants. Et le fait que très peu de temps après cette déclaration, une information judiciaire soit ouverte à l’encontre de notre chaîne a rendu plausible une telle analyse.

De telles analyses n’étaient pas que le fait de la presse turque, en effet la presse internationale aussi relater le chantage de l’Etat turc concernant ROJ TV.  Le quotidien danpois Ekstra Blade écrivait «les paroles du premier ministre Italien Silvio Berlusconie annonçant que ‘ROJ TV allait être interdite et que Rasmussen allait demander pardon au monde musulman’ démontrent que pour pouvoir devenir Secrétaire général de l’Otan, le premier ministre danois Rasmussen est prêt à faire des concessions sur les principes qu’il défendait jusque là corps et âme. Le prix de la nomination au poste de Secrétaire général de l’Otan a été pour Rasmussen de plier genoux devant le président turc, Abdullah Gul ».   Rappelant que le Danemark ne devait pas faire de concession sur la liberté de la presse à laquelle il accorde tant d’importance, le quotidien demandait si « ROJ TV allait être sacrifiée au poste de secrétaire général et par conséquent à la politique mondiale ».

Une citation empruntée à Monsieur Egemen Bagis, ministre d’Etat et négociateur en chef de la Turquie, est très significative de la pression qu’a exercée la Turquie sur le Danemark pour obtenir la fermeture de notre chaîne. Voici comment un quotidien retranscrivait les paroles du ministre d’Etat :  « le ministre Egemen Bagis qui ne s’est jamais déplacé au Danemark a ordonné qu’un rendez-vous soit pris pour une visite. Bagis a lors du vol qui l’emmenait à Berlin a précisé aux journalistes : « à part quelques exceptions j’ai rendu visite à tous les Etats membres de l’UE. Un des pays où je ne me rendais pas, c’était le Danemark à cause de sa position sur ROJ TV. Mais après six an d’enquêtes, le réquisitoire est en fin prêt ».

Donnant quelques informations sur le réquisitoire, Bagis précisait : « j’ai demandé aux camarades de prendre rendez-vous avec le Danemark ».
Permettez-nous de vous donner quelques exemples de manchettes publiées par les quotidiens turcs :
« … Le Danemark a capitulé… »
« …Devant la pression internationale le Danemark a abandonné… »
« …La glace a commencé à fondre entre le Danemark et la Turquie… »
La presse turque a en outre fait part de la visite de Rasmussen en Turquie le 7 octobre 2010, c’est à dire peu de temps après l’ouverture de l’information judiciaire à l’encontre de notre télévision, en titrant comme suit :
« …Rasmussen vient aujourd’hui en Turquie pour discuter de la situation de ROJ TV… »
Voici ce qu’écrivait un quotidien :
« …Rasmussen qui vient en Turquie pour discuter de certains points, va essayer de convaincre la Turquie concernant l’interdiction de ROJ TV. Cette interdiction sera à l’ordre du jour lors de son entretien avec le Premier Ministre. Le Premier Ministre a rappelé qu’on avait obtenu certaines garanties lors de la crise de l’élection du secrétaire général de l’Otan ».
Et un autre de préciser :
«  Rasmussen, qui avait été quasiment déclaré « persona non grata » en Turquie à cause de sa position sur l’interdiction de ROJ TV, est attendu aujourd’hui en Turquie pour rencontrer le Premier Ministre et le ministre des affaires étrangères. Dans son programme, l’affaire chypriote, l’Afghanistan, le PKK et ROJ TV… »
Deux manchettes utilisées par deux quotidiens :
« …Rasmussen arrive en Turquie, ROJ TV la table… »
« …Le réquisitoire ROJ TV est prêt, s’en est fini du boycott du Danemark.. »

Alors que l’Etat turc réprime la presse kurde en Turquie, elle met tout en oeuvre sur le plan international pour faire taire la presse kurde se trouvant à l’étranger. L’Etat turc mène une politique visant à faire la presse kurde, à casser sa volonté, à la rendre inefficiente politiquement et à l’encercler. D’aucun sait que la Turquie est un pays au casier loin d’être vierge en matière de respect de la liberté de la presse. A chaque occasion dans les plateformes internationales comme nationales l’Etat turc répète « si on veut réussir à attirer les Etat occidentaux de notre côté et criminaliser les kurdes, il nous faut en premier faire taire sur le plan national comme international la presse kurde et nous devons notamment faire tout notre possible pour taire ROJ TV ». Cette prise de position permet de mieux comprendre le pourquoi des pressions qui pèsent sur notre télévision et la procédure actuelle.

Il est clair que la Turquie mène une guerre totale contre la presse kurde. L’Etat turc a pris l’habitude de censurer, de condamner à des millions d’amendes et des années de prison, et lorsque tout cela ne suffit pas il cherche à faire totalement interdire la presse kurde. Il ouvertement dire qu’à côté des efforts diplomatiques développés par la Turquie pour obtenir l’interdiction de ROJ TV, elle a aussi dépensé des milliards de dollars dans le même but. L’approche positive de l’opinion publique internationale a empêché ce but de se concrétiser, dès lors la Turquie a cherché à convaincre tous les pays un par un et pris isolément. La procédure lancée par le procureur danois est la conclusion des ces relations sales et servant la rente de certains.

Ainsi que nous l’avons déjà dit ci-dessus, l’Etat turc a fait de multiples démarches auprès du Danemark et de l’Union européenne. Les points développés par le procureur danois dans son réquisitoire sont les mêmes que ceux avancés par la Turquie. Et d’ailleurs, tous ces points ont été à plusieurs reprises jugés dénués de tout fondement par le Secrétariat danois des médias, qui avait clairement affirmé que ROJ TV ne contrevenait pas à la législation sur la presse.
L’une des meilleurs preuves de l’impartialité des émissions de ROJ TV et de son non-rattachement à une quelconque organisation est la décision du Tribunal Constitutionnel allemand qui en date du 19 juin 2008 a annulé la décision du ministère fédéral allemand de l’intérieur d’interdire ROJ TV. Le conseil a donc décidé d’autoriser notre chaîne à continuer d’émettre.

La procédure actuelle contrevient totalement au droit des kurdes à la libre information et à la protection de leur culture. Par cette accusation injuste, notre télévision est dénigrée. Cette procédure a permis à la Turquie, qui réprime violemment la presse kurde, de se renforcer dans ses convictions et l’a encouragée.

Malheureusement, une fois encore les kurdes et leur presse sont sacrifiés aux intérêts des Etats.

Cette affaire est injuste et cette injustice doit être réparée. Cette interdiction pesant sur ROJ TV, qui a toujours été respectueuse des principes de mulli-linguisme, d’universalité, de multi-culturalisme et de l’éthique journalistique, est inacceptable.

Nous espérons que vous serez attentifs à cette situation et vous faisons part de nos respects et salutations.

Les salariés de ROJ TV
10 octobre 2010

COURT RESUME DE L’ HISTOIRE DE LA TELEVISION KURDE

La liberté est un droit explicite et propre à chacun. C’est un droit minimum. La liberté d’expression devrait être évidente/naturelle dans les pays qui violent ce droit.

Les kurdes ne pouvaient jadis que rêver d’écouter un journal télévisé dans leur langue maternelle. C’est un rêve qui s’est réalisé avec l’entrée de Med-tv en date de 15 Mai 1995 dans le monde des médias. Pour la première fois de l’histoire une télévision kurde était crée et des millions de kurdes pouvaient désormais suivre l’information dans leur langue maternelle.
Med-tv, Medya-tv et Roj-tv ont toujours été confrontés aux attaques de la Turquie. La diffusion de la chaîne fut sabotée à maintes reprises par l’envoi de contre-signaux provenant des bases militaires en Turquie. La pression politique exercée par la Turquie avait aboutit en 1996 à l’attaque des studios qui produisaient des programmes pour Med-tv par des forces spéciales de la police belge.

En mars 2004 la Licence Danoise a permit à Rojt-tv de s’aventurer dans le monde du journalisme. Malgré toutes les accusations et pressions politiques de la Turquie, le gouvernement danois est resté ferme et n’a pas cédé à la  demande par la Turquie du retrait de la licence de ROJ-TV.

Le 19 juin 2008 le Le Ministère de l’Intérieur Allemand a  interdit à notre antenne de ROJ-TV en  Allemagne d’exercer toute activité dans le pays. La Cour Fédérale Allemande de la ville de Leipzig située à l’Est du pays, a suspendu le 25 février 2010 les restrictions portant sur la diffusion de ROJ-TV. Ces restrictions résultaient de la prise d’une décision de haute importance politique par le gouvernement allemand, d’abord sur la base de ses intérêts économiques et politiques avec la Turquie et en partie à cause de la pression exercée par la Turquie.

La  récente opération menée par les forces spéciales belges,  le 4 mars 2010, dans les studios qui produisent des programmes pour Roj-tv était le dernier d’une série d’attaques contre la liberté d’expression des kurdes. En dirigeant cette opération contre les équipements de la chaîne de télévision kurde, la Belgique a malheureusement violé sa propre loi. Roj-tv joue un rôle important dans la vie quotidienne de nombreux kurdes. Elle est considérée comme l’organisation commune des médias kurdes , et elle est  représente tous les journalistes kurdes quel que soit leurs opinions politiques.

SIGNIFICATION DE « ROJ TV » POUR LE PEUPLE KURD

Dans toutes les langues du monde  “soleil” est le plus beau des mots .

“Roj” veut dire soleil en kurde. Il signifie également “jour”
Depuis 2004 “Roj” a une autre signification dans la vie des kurdes.

Roj-tv chante une langue qui est  interdite. La langue kurde est interdite dans l’enseignement et en partie dans la diffusion télévisée.

Roj-tv diffuse dans les quatre parties du Kurdistan et dans 78 pays
Roj-tv diffuse dans tous les dialectes kurdes : Kurmandji, Sorani, Hewremani et Zazaki. Il diffuse aussi dans d’autres langues :Syriaque,  Turc, arabe. Tous ses programmes respectent les règles de diffusion du Danemark en conformité avec la législation Européenne pour créer un espace  de débat, de liberté de la pensée et de la critique. Un luxe dont les kurdes ont été privés pendant des années.

Roj-tv joue un rôle primordial dans la protection de la langue kurde surtout en Turquie, Iran, Syrie, et  en Irak où elle est sévèrement réprimée.

Roj-tv  a pour mission d’empêcher la disparition de la langue kurde qui a sévèrement souffert et a eut très peu de chance de se développer sous l’emprise des politiques d’assimilation des turcs, des perses et des arabes.

Roj-tv offre un éventail de programmes quotidiens variés qui comprennent informations, documentaires, films, divertissements, programmes culturels, littéraires, de santé et pour enfants. Des journalistes et correspondants dévoués couvrent au quotidien l’information d’évènements  kurdes ou internationaux pour le renforcement de la démocratie, le respect des minorités et de l’identité culturelles au Moyen Orient.Roj-tv puise ses forces auprès de son peuple.

“Welate Roje” est le plus regardé de nos émissions dans lequel l’histoire et la nature du Kurdistan sont montrés sous un soleil couchant qui donne l’espoir de se lever encore.

Roj-tv va continuer d’accompagner le soleil se couchant Kurdistan
Roj-tv est l’adresse de la richesse culturelle
Roj-tv joue un rôle important pour ces cultures qui sont niées, exclues et assimilées, pour qu’elles se développent et pour les aider à reprendre leur place dans la vie.

Sur Roj-tv nous avons 17 programmes culturels, d’art, et de musique qui représentent environ 21 % de nos programmes diffusés.De nombreux programmes sont diffusé dans une variété de dialecte afin de permettre à ces cultures de s’exprimer.

Kaniya welat, Soxuseng, Piya, Dengbejen Me, Hana Rengine et Tiski Huner sont certains de nos programmes diffusés dans une variété de langues et de dialectes.
http://www.kurdish-info.eu/News-sid-DOSSIER-Halt-la-criminalisation-de-ROJ-TV–15655.html

X
F
E
E
D

B
A
C
K