Pour notre Institut, Chris Den Hond est un journaliste et auteur bien connu depuis de nombreuses années. Chris a récemment publié sur la plateforme journalistique «Orient XXI» une critique intéressante sous le titre « Élection de Joe Biden et contestations internes, les nouvelles épreuves du président Erdoğan »

Avec sa connaissance approfondie de la Turquie et des questions kurdes, Chris est très bien placé pour analyser les problèmes auxquels le régime turc est actuellement confronté.

Pour le président Erdoğan, les problèmes se situent à la fois à l’étranger et à l’intérieur du pays.

Ankara fait face à des relations de plus en plus tendues avec Washington maintenant que Joe Biden a été élu président des États-Unis. Brett McGurk a récemment été nommé conseiller de la Maison Blanche pour le Moyen-Orient. Le retour de McGurk n’est pas du goût de tout le monde à Ankara. En 2015, McGurk a supervisé la coalition militaire internationale en Syrie et est devenu en quelque sorte un allié des Kurdes syriens.

A intérieur, il semble qu’Erdoğan ait de moins en moins d’alliés, à l’exception du MHP, le Parti d’action nationaliste. Pour être plus concret, le parti de la droite radicale.

Chris fait référence à un entretien avec Fehim Taştekin – un journaliste turc pour «Al Monitor» – qui résume les développements de ces dernières années comme suit: « … d’abord Erdoğan avait besoin des gülenistes contre l’armée, ensuite, il avait besoin des Kurdes contre les gülenistes, et quand ça ne fonctionnait pas, il se tournait vers l’extrême droite pour s’assurer un régime présidentiel autoritaire. »

Chris termine son article avec : «Tous les opposants démocrates attendent maintenant avec impatience la chute d’un régime dont les tendances autoritaires sont désormais largement contestées.»

Ci-joint le lien vers l’article de Chris : Élection de Joe Biden et contestations internes, les nouvelles épreuves du président Erdoğan

X
F
E
E
D

B
A
C
K