C’est, au total, au bas mot, 83 membres du parti BDP (Parti pour la Paix  et la Démocratie) qui ont été placés en garde à vue dans le cadre l’opération contre le KCK (Union des communautés du Kurdistan), opération à l’origine de la détention d’un grand nombre d’hommes et de femmes kurdes engagés socialement et politiquement.
Parmi les détenus figurent 7 membres du conseil du BDP, 18 élus régionaux et co-présidents,  et une soixantaine d’élus du parti, administrateurs institutionnels, conseillers municipaux, ainsi que l’éditeur du quotidien libre "Ozgur Gundem", Kazim Seker.
910 nouvelles interpellations et  296 nouvelles mises en détention
A DIYARBAKIR, la police a mené des raids dans plusieurs maisons la nuit dernière. Au moins 40 membres et cadres du parti BDP ont été arrêtés, parmi lesquels Erkan Piskin, administrateur provincial du parti ainsi que des membres du conseil des femmes et du conseil de la ville. La maison de la représentante BDP de Diyarbakir a été longuement fouillée durant la nuit, de même que celle du maire BDP de DERIK, Caglar Demirel, qui, à la suite de trois heures de perquisitions, a  été arrêté et transféré à DIYARBAKIR. Au total plus de 130 personnes ont été placés en détention aujourd’hui.
A TATVAN  et à  BITLIS, le 30 septembre dernier, c’étaient  13 membres BDP des municipalités qui avaient été interpellés  et transférés à VAN ; 11 d’entre eux ont été inculpés  et écroués au motif "d’être des administrateurs de l’organisation" et de "faire de la propagande pour l’organisation".
A ISTANBUL également, 13 cadres et membres du parti BDP étaient, il y a trois jours, à la suite de perquisitions dans les quartiers de Kartal et Pendik, interpellés et mis en garde à vue ; neuf d’entres eux ont été envoyés en prison. 
A ANTEP, ce premier octobre, dans les quartiers Sehit Kamil et Sahinbey, 19 personnes parmi lesquels des cadres du BDP et des associations KURDI-DER et MEDIA CULTURE, dont les domiciles ont été perquisitionnés, ont également été jetés en prison et seront déférés devant les tribunaux de la ville.
A ANKARA, aussi, deux membres du parti BDP ont été, aujourd’hui, inculpés suite aux perquisitions de  leur domicile.
Pour le seul dernier mois, 910 personnes ont été placées en garde à vue et 296 d’entre elles ont été inculpées et écrouées.

L’AKP perd le chemin de la paix intérieure
Depuis le 14avril 2009, plus de 5000 personnes ont été arrêtées dans le cadre du dossier KCK. La plupart des inculpés sont des cadres, des militants et des sympathisants du BDP. Les actes d’accusations sont exclusivement basés sur des conversations téléphoniques ainsi que les conférences de presse et campagnes électorales du BDP.
Ces actes d’accusations sont complètement absurdes.
Les co-présidents du BDP, Selahattin Demirtas et Gülten Kisanak,  ont déclaré très justement : " si les membres du BDP sont membres du KCK, nous sommes, dans ce cas, les co-présidents du KCK. Commencez donc par venir nous arrêter, nous".
L’AKP, en éliminant les hommes et les femmes légalement élus, ferme le chemin de la paix intérieure.
En prenant pour cible les hommes et les femmes démocratiquement élus, dont le seul objectif est "la PAIX", l’AKP  brûle les ponts entre Kurdes et Turcs.
Le seul moyen d’obtenir la paix est de s’unir et de négocier.
Aucun pas ne pourra être franchi en arrêtant les Kurdes.
Arrêtez d’emprisonner les élus politiques kurdes !

 Bruxelles  05 Octobre 2011
Peace and Democracy Party (BDP)
European Representaive Office
Tel:0032.2.611.12.67
Tel/fax:0032.2.503.86.19
14.Place de Londres 1050 Bruxelles
[email protected]

X
F
E
E
D

B
A
C
K