Nous reproduisons ci-dessous un extrait de la chronique d’Elie de Nisibe – métropolite syriaque qui naquit en 975 à Shena ville sise au confluent du Tigre et du Grand Zab. Il relate l’avènement des Merwanides. Il parle élogieusement de ces princes éclairés, tolérants. Ne surent-ils pas nouer des relations pleines d’estime, de respect, avec les intellectuels syriaques qui résidaient dans les villes de leur principauté et cohabitaient avec les Kurdes et les Arabes?
Le fondateur de la dynastie fut un berger kurde, Abu Shudja Badh b. Dustak. Il abandonna ses bêtes, prit les armes, devint un vaillant chef de guerre et acquit une certaine notoriété. En 983, à la mort du Bouwayhide ‘Adud al-Daula qui gouvernait l’empire musulman, Badh s’empara de Maiphercat (aujourd’hui Silvan), d’Amid et de Nisibe. Il ne réussit pas à dominer Mossoul. Il périt en 990, victime d’une coalition ourdie par les Hamdanides, les Oqeilites et les forces de Shamsham ad-Daula (983-998) qui avait succédé à ‘Adud ad-Daula.
Le beau-frère de Badh, Merwan donna son nom à la nouvelle dynastie. Ses trois fils allaient régner successivement sur le Diarbekir.
La tragédie de l’émir Abu ‘Ali ibn Merwan
L’aîné, Abu ‘Ali ibn Merwan (990-997) se rendit à Hisn-kayfa, il épousa la veuve du chef de guerre défunt. Il combattit les derniers Hamdanides, les mit en déroute et ressaisit toutes leurs forteresses.
Elie raconte la triste fin de ce prince qui tomba à Amid sous les coups d’un habitant révolté, ‘Abd al-Barr; Son frère Abu Mansur Sa’id lui succéda, sous le nom de Mumahhid al-Daula, en l’an 997:
"En lequel l’émir Abu ‘Ali fils de Merwan, alla à Amid et les habitants sortirent au-devant de lui. Comme il entrait à la porte de la ville, un homme appelé ‘Abd al-Barr la tua, se révolta et domina la ville. Abu Mansur Sa’id fils de Merwan, était alors gouverneur de Gezirta. Quand il apprit que son frère était tué, il se hâta d’aller à Maiphercat et y inaugura son règne le jeudi 7 Dulqu’da (11 novembre 997 de J.C.). Depuis ce moment, il eut pour nom Mumahhid al Daula"
Le tyran ‘Abd al-Barr fut occis à Amid en 998 par un serviteur, nommé ‘Obeid Allah, fils de Dimna qui devint gouverneur de la ville.
Muhammid al-Daula Sa’id, l’émir béni
Mumahhid s’installa à Maïphercat. Il en fit sa capitale et la demeure de sa suzeraineté. Il sut se servir des ambitions des Byzantins présents au nord de l’Anatolie. Les relations de ce prince, habile diplomate, avec Basile II (976-1025), l’empereur de Byzance, furent bonnes.
Basile apprit le meurtre de David, roi du pays de Gorzan, (la Haute Géorgie), qui avait légué par testament son Etat à l’Empire byzantin. Il abandonna la campagne qu’il avait entreprise en Syrie pour soumettre les émirs arabes, gagna Mélitène et franchit l’Euphrate. Il rencontra les princes de Géorgie, annexa les Etats de David, reçut les serments des vassaux. Parmi les princes et les chefs qui vinrent au-devant de lui, se trouvait Mumahhid al-Daula, qui en signe d’allégeance ‘mit le pied sur son tapis’ en l’an 999:
"En lequel mourut David, roi des Gorzaniens. Le roi des Romaines, Basile, sortit dans le pays de Gorzan. Mumahhid al-Daula vint au-devant de lui et marcha sur son tapis. Le roi le reçut avec joie et fit maître. Il y eut alors la paix aux frontières”.
Mumahhid al-Daula profita de cette paix. Il restaura les remparts de sa capitale Maïphercat, il y fit inscrire son nom, qui rayonne encore aujourd’hui.
L’émir connut une fin tragique, comme son frère Abu ‘Ali al-Hasan.
Elie de Nisibe, mécontent, peiné, qualifie d’impie l’homme qui l’abattit. Le cadet, Nasr al-Daula lutta avec le meurtrier et Dieu, dans sa justice, lui donna la victoire en l’an 1010:
"En lequel l’impie Sharwin usa de ruse pour tuer dans la nuit du jeudi 5 Gumada I ( 14 décembre 1010 de J.-C.) l’émir béni Mumahhid al Daula. Mais le Seigneur donna la victoire à Abu Nasr, frère de Mumahhid al-Daula et livra Sharwin dans ses mains. Il le tua et devint émir sous le nom de Nasr al-Daula"
L’émir victorieux, Nasr al-Daula Ahmad b. Merwan
Le troisième fils de Merwan accèda donc au pouvoir après les règnes précaire de ses frères aînés. Fin politique, il sut s’imposer au calife ‘abbasside al-Qadir et à l’émir bouwayhide Sultan al-Daula, au calife fatimide d’Egypte Al-Hakim, à l’empereur de Byzance Basile II. Ils représentaient les trois grandes puissances qui entouraient son état-tampon de Maïphercat. Elie nous rapporte qu’un peu plus tard, Nasr al-Daula ‘l’émir victorieux’ se rendit à Amid, importante ville de son territoire. Il l’assiégea, et fit capituler le tyran Ibn Dimne, qui la commandait. Ce dernier fut tué, peu après, par les gens de la ville, en 1012:
"En lequel l’émir victorieux Nasr al-Daula, alla assiéger Amid et presser Ibn Dimne. Quand Ibn Dimne vit qu’il n’avait aucun secours à espérer, il se soumit à Nasr al-Daula. Des fonctionnaires et des collecteurs d’impôts vinrent dominer la ville et y devinrent puissants. – En lequel Ibn Dimne fut tué. Ce furent des gens de la ville d’Amid qui le tuèrent. Nasr al-Daula s’empara de la ville"
D’après d’autres sources, le chef merwanide n’obtint le contrôle d’Amid qu’en 1024, date de l’assassinat d’Ibn Dimne.
Nasr al-Daula subit plusieurs attaques des Oqeilites, pleins d’ambitions, mais il acquit habilement la prééminence. Il libéra l’émir ‘Isa tombé entre ses mains, car il cherchait la paix, en l’an 1013:
"En lequel ‘Isa, fils de Kallat, émir des Oqeilites, fut pris dans le Tur ‘Abdin, mis aux fers et amené devant l’émir Nasr al-Daula. Il entra à Maïphercat le 28 Dulga’da ( dimanche 31 mai 1014); Nasr al-Daula le traita bien, l’honora et le renvoya en paix"
Les Oqeilites allaient jouer un rôle important du dixième au douzième siècle en Syrie du Nord et en Haute Mésopotamie.
Le long règne de Nasr al-Daula s’écoula de 1011 à 1061, et marqua l’apogée des Merwanides. Prince généreux, magnanime, il était décidé, juste, sensuel mais pieux. Il résida à Maïphercat, la noble capitale qu’il aménagea et embellit, la dotant d’une nouvelle citadelle, d’un hôpital, de bains publics. Il planta un jardin. Il pourvut les mosquées de Maïphercat et d’Amid de belles bibliothèques.
Nasr al-Daula régna sur une cour fastueuse qui impressionna les visiteurs par son luxe et son raffinement sans pareils. C’était un véritable foyer culturel où se réunissaient des lettrés, tel al-Maghribi, des savants, des poètes, comme ‘Abd Allah al-Kazaruni, al-Tihami, des historiens, tel Ibn al-Athir. Il donna refuge à des réfugiés politiques, comme le futur calife ‘abbasside al-Muktadi 1075-1094.
Pragmatique, il gouverna les populations chrétiennes de son territoire. Il sut donner à la dynastie des Merwanides prestige et puissance et au Diarbekir prospérité et paix.
Après sa mort, la puissance des Merwanides s’affaiblit. Ses fils restèrent au pouvoir jusqu’en 1085, date où le Diarbekir tomba presque entièrement sous l’autorité directe des Seldjoukides.
 

X
F
E
E
D

B
A
C
K