Le Haut Conseil électoral (YSK) est revenu sur sa précédente décision "après l’examen de nouveaux documents judiciaires présentés durant la période de l’appel", indique le communiqué.

Le rejet des candidatures, fondé sur les convictions passées des candidats et des détails techniques légaux, avait déclenché de violentes protestations de Kurdes à travers la Turquie, qui se sont poursuivies jeudi. Un manifestant kurde a été tué par balles par la police à Bizmil.

Parmi ceux qui ont reçu le feu vert pour se présenter aux élections législaties du 12 juin figurent des personnalités historiques de la cause turque comme la militante Leyla Zana, qui a passé 10 ans en prison pour collusion avec la rébellion kurde, avant d’être relâchée en 2004. Cinq autres: Hatip Dicle, Ertugrul Kürkçü, Gülten Kisanak, Sabahat Tuncel et Mehmet Salih Yildiz.

Ces candidats sont soutenus par le principal parti kurde de Turquie, le Parti de la paix et de la démocratie (BDP), qui les présente en tant qu’indépendants afin de pouvoir franchir la barre des 10% des voix requise pour pouvoir entrer au parlement.

http://www.info-turk.be/

X
F
E
E
D

B
A
C
K