Le premier concert d’Ozan Arif a eu lieu samedi à Liège et le deuxième dimanche à Bruxelles.

Selon l’information publiée par les sites ultranationalistes turcs en Belgique, lors de son concert à Bruxelles, Ozan Arif a fait des éloges au mouvement des Loups Gris tout en regretant la sensibilité grandissante en Turquie concernant les droits des Kurdes et Arméniens: "Il arrive en Turquie des choses inimaginables. On a créé la chaîne TRT-6 [en kurde, ndlr], d’une part, et d’autre part, un groupe de pseudo intellectuels demandent pardon aux Arméniens. Il y a de plus en plus de gens qui deviennent chrétiens quand un curé meurt et qui deviennent arméniens quand un Hrant Dink meurt… " a-t-il dit.

En regrettant également les critiques à l’égard de l’Armée turque, il est allé jusqu’à crier: "Chargez vos fusils, tuez les chiens…"

Le public dans la salle Marignan à Saint-Josse lui a répondu souvent an criant des slogans ultranationalistes: "Le mouvement idéaliste [Loups Gris, ndlr] ne peut pas être empêché!", "Nous sommes tous fidèles à Türkes [leader historique des Loups Gris, ndlr]!", "Ozan Arif, nous sommes tous avec toi!" et "Jamais les Loups gris ne mourront, jamais la patrie ne se divisera!"

Un site turc, le plus proche de l’Ambassade de Turquie, rapporte l’ambiance du concert avec grande admiration sous le titre "Ozan Arif a rugi à Bruxelles." (http://www.yenihaber.be/go.php?go=3010fc6&do=details&return=last_news&pg=1)

Ozan Arif est toujours jugé par un tribunal d’Istanbul, avec un autre chanteur ultranationaliste, Ismail Türüt, pour incitation à la haine avec sa chanson intitulée " Ne fait pas de plans ". Lors de son interrogatoire au tribunal Ozan Arif  a dit: "Je ne regrette pas d’avoir écrit cette chanson."

La chanson incriminée vante l’ultranationalisme des populations vivant dans le bassin de la mer Noire, avec des allusions à peine voilées à deux des assassins de Hrant Dink, Ogün Samast et Yasin Hayal.

Extraits des paroles : " De plans, ne faites pas de plans qui ne conviennent pas en mer Noire ; Les coups dans le dos, le mensonge et les contre-vérités ne passent pas en mer Noire; Ne laissez ni Johnny (comprenez les Américains) ni les Russes tendre des pièges ; Le vent du séparatisme ne souffle pas en mer Noire ; Arrêtez de faire sonner les cloches d’églises, arrêtez d’être pro-arméniens ".

Cette chanson est apparue dans un vidéo-clip, sur le site YouTube, qui a fait littéralement fureur en Turquie. Des milliers de personnes, en effet, se sont connectées sur le site, pour visionner la vidéo où l’on voit Ogün Samast, l’assassin présumé de Hrant Dink et Yasin Hayal, celui qui lui a fourni l’arme du crime, tous deux originaires de Trabzon, cette ville située au bord de la mer Noire.

On peut voir également sur la vidéo des extraits des funérailles de Hrant Dink, et notamment les centaines de milliers de personnes tenant des bannières portant la mention " Nous sommes tous des Arméniens ". Une photo du corps de Hrant Dink devant les locaux du journal Agos est montrée en illustration du passage de la chanson soulignant en substance que celui qui vendra sa patrie mourra immédiatement.

Par ailleurs, la vidéo montre une image du prêtre italien Andrea Santoro, assassiné en février 2006 dans la région de la mer Noire, au moment où Ismaïl Türüt chante " Arrêtez de faire sonner les cloches des églises ".

Récemment, Ozan Arif a lancé une campagne contre les intellectuels turcs ayant demandé pardon aux Arméniens. Le texte, signé également par Muhsin Yazicioglu, président du BBP (Loups gris islamo-fascistes), dit: "L’histoire a été écrite et a donné son verdict. Il n’y a pas de culpabilité pour avoir honte ni de coupables qui doivent demander pardon. Ceux qui ont lancé cette campagne dégoûtante en se cachant sous le nom d’intellectuels doivent comprendre que personne ne peut parler au nom de la nation turque et d’accuser la nation turque  " (Info-Türk, décembre 2008)

http://www.info-turk.be

INFO-TURK
53, rue de Pavie
1000 BRUXELLES

Tel: (32-2) 215 35 76
Fax: (32-2) 215 58 60

 

X
F
E
E
D

B
A
C
K