Kartal, réfugié politique en Belgique, est membre du conseil exécutif du Congrés national du Kurdistan (KNK) à Bruxelles.

Le KNK a lancé le vendredi l’appel suivant concernant l’opération policière turco-espagnole contre Remzi Kartal;

"Les informations qui nous sont parvenues montrent à l’évidence que l’arrestation de M. Remzi Kartal n’a rien avoir avec un contrôle de routine ni avec toutes autres procédures, que les autorités espagnoles étaient déjà informées de son arrivée en Espagne et que cette opération a été réalisée en collaboration avec les autorités turques.

"Les solides relations diplomatiques entre la Turquie et l’Espagne, les contacts personnels et amicaux entre Erdogan et Zapatero, et, par ailleurs, l’organisation prochaine, à Istanbul, du 2e Forum de l’Alliance des Civilisations, tout ceci nous montre que l’arrestation de notre ami n’est rien d’autre qu’un geste de l’Espagne vers la Turquie.

"Remzi Kartal n’est coupable d’aucun crime, si ce n’est de faire de la politique au nom des kurdes dans toutes les plateformes concernées et même au Parlement de Turquie, mais, pour la Turquie, toutes les personnes politiques kurdes et ceux qui se reconnaissent comme kurde sont coupables. Par ailleurs, la Belgique, et ce, depuis des années, a accordé le statut de réfugié politique à Monsieur Remzi Kartal qui, de ce fait, se trouve placé sous la protection juridique Internationale des conventions des Nations Unies. Le dossier de l’Interpol, qui n’est pas nouveau avait valu à notre ami d’être arrêté en Allemagne, en 2005, et les tribunaux allemands, considérant sans fondement les accusations de la Turquie, avaient prononcé un non lieu et l’avaient libéré immédiatement ; le fait qu’un autre pays, membre de l’Union européenne arrête Monsieur Remzi Kartal avec le même dossier et la même accusation est significatif d’une combinaison douteuse pour protéger des intérêts inavouables de deux gouvernements.

"Le gouvernement AKP , qui envoie des messages "tendres" aux Kurdes pour acheter leurs votes aux élections régionales, sans se priver, pour autant, de multiplier les initiatives pour exterminer ceux qui luttent pour la libération des Kurdes, continue, en entretenant des relations diplomatiques nauséabondes, à ourdir toutes sortes de complot contre le peuple Kurde. Notre peuple voit ainsi le vrai et sale visage du parti AKP.

"Nous lançons un appel à toutes les autorités espagnoles et au gouvernement de l’Espagne : ‘Vos relations et vos intérêts avec la Turquie sont, peut être, pour vous, d’une grande importance mais cette sale besogne ne doit pas se faire au détriment des Kurdes. Le peuple kurde n’a aucun problème avec votre gouvernement, et nous pensions même que vous aviez une approche amicale en ce qui concerne la question kurde ; si vous pensez ne pas pouvoir être de nos amis, ne soyez pas pour autant dans le camp de nos ennemis. Nous attendons de vous une autre attitude, à commencer par la libération immédiate de notre ami Remzi Kartal.

"Nous avons patienté avant de faire cette déclaration mais, au vu des résultats de nos démarches qui ne sont pas à la hauteur de notre attente, nous continuons et continuerons à les poursuivre sans relâche. En conséquence, nous appelons notre peuple et l’opinion publique à nous soutenir et à être extrêmement attentifs à la situation de Monsieur Remzi Kartal." (KNK, 27 mars 2009)

X
F
E
E
D

B
A
C
K