Avant une explication en turc, il a continué en kurde pendant quelques instants avant que la chaîne publique TRT 3 qui consacre une grande partie de ses émissions aux activités parlementaires ne cesse la retransmission.

M. Türk a été ovationné débout par la vingtaine de députés du DTP mais l’ensemble des partis politiques représentés dans l’enceinte du Parlement ont dénoncé cette initiative, selon les médias.

"La langue officielle de la Turquie est le turc", a indiqué le président de l’Assemblée nationale Köksal Toptan. "Cela est édicté par la Constitution et les lois. Cette réunion devait être conduite en turc", a-t-il dit aux journalistes, cité par l’agence Anatolie.

La loi fondamentale et les lois turques bannissent strictement l’usage d’une autre langue que le turc au Parlement ainsi que dans les établissements publics.

Selon, la chaîne d’information NTV le parquet d’Ankara a lancé une enquête judiciaire sur l’affaire.

Le DTP est déjà menacé d’interdiction par la justice turque pour collusion avec la rébellion kurde du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK). Selon les analystes, ce discours en kurde pourrait indisposer les procureurs et juges qui seront chargés du dossier. (AFP, 24 fév 2009)
http://www.info-turk.be/366.htm#leader

X
F
E
E
D

B
A
C
K