"Il n’est pas possible pour nous de mener une telle action au moment où notre mouvement a décidé de prolonger une trêve. Nous ne sommes en aucune manière impliqués dans cette attaque," a indiqué la direction du Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK) dans un communiqué, selon Firat.
La trêve, décrétée le 13 août, puis prolongée d’un mois le 30 septembre, devrait être prolongée jusqu’aux prochaines élections législatives, que le Premier ministre turc Recep Tayyip Erdogan a prévu début juin 2011.

"Notre mouvement (…) a décidé de prolonger son processus de non-action jusqu’aux élections générales de 2011 pour imposer (à Ankara) un processus de solution démocratique et assurer que les élections législatives en Turquie se tiendront de manière saine", a affirmé le PKK.

Le communiqué appelle le gouvernement à stopper les opérations militaires contre les rebelles et les procédures judiciaires visant leurs sympathisants, libérer les politiciens kurdes emprisonnés, négocier avec le chef emprisonné du PKK Abdullah Öcalan, réformer la Constitution et la loi électorale.

La fin du cessez-le-feu a coïncidé dimanche avec un attentat-suicide visant des policiers anti-émeutes en faction sur la place de Taksim, à Istanbul, qui a notamment blessé 15 policiers.

X
F
E
E
D

B
A
C
K