YPGLES YPG NE RESTERONT PAS PASSIFS FACE AUX ATTAQUES
Depuis le 2 juillet, les gangs armés de l’Etat islamique attaquent le canton de Kobani. Ce 22 juillet, les YPG ont lancé une contre-offensive pour repousser les gangs à l’ouest de Kobani
Selon l’organisation de défense turque des droits de l’homme IHD, l’EI dispose de bases logistiques et de camps d’entrainement  pour frapper le Rojava près du barrage de Qarqamis en Turquie.
L’opération des YPG pour reprendre le contrôle à l’ouest de Kobani a été lancée ce 22 juillet. Baptisée «  Revanche pour les martyrs de Kobani »,  elle a permis d’empêcher les nouveaux assauts des criminels islamistes qui s’en prennent à la région.
L’objectif de l’opération est de reprendre les villages où sont installées des bases militaires de l’EI à proximité de Jarablus. A partir de ces villages, ce sont des pluies d’obus qui frappent les villages kurdes. Les hommes de l’EI ont ainsi été délogés de Cel oxli.
S’exprimant pour l’agence de presse Dicle, le commandant Serdar Kobani, qui dirige les opérations, a expliqué que les YPG ne resteraient pas passifs devant ces attaques. Jusqu’à présent, 42 membres de l’EI ont déjà été tués et d’autres ont été faits prisonniers.
Contrairement aux bandes d’EI qui ne font pas de quartier, les YPG épargnent les civils. Le commandant constate que l’Etat islamique n’est pas seulement menaçant avec les kurdes, mais aussi avec les arabes. Des arabes sont aussi massacrés par l’EI.
Le commandant Kobani explique que ces opérations n’en sont qu’à leurs débuts et que les YPG ne laisseront jamais une parcelle de leurs territoires aux mains de l’EI.
Lorsqu’un village est repris par les YPG, ils le réutilisent comme base pour lancer d’autres opérations tout en laissant la population locale qui avait fui réintégrer ses foyers.
Malheureusement, des centaines de membres de l’EI auraient traversé la frontière depuis le barrage de Karkemish, dans le district de Birecik.
Ce 25 juillet l’organisation turque de défense des droits de l’homme IHD a d’ailleurs remis un rapport qui accuse la Turquie de laisser les membres de l’EI s’entrainer à proximité du barrage de Karkemish et de pouvoir utiliser la Turquie comme base logistique.

ATTAQUES TURQUES SUR LE KURDISTAN
DES SOLDATS TURCS AGRESSENT LE KURDISTAN DU SUD ET LE ROJAVA
Ce mercredi, l’armée turque a ouvert le feu sur des positions YPG le long de la frontière à Serikanié. Le jour avant, les autorités turques avaient accusé les YPG d’avoir tué trois soldats turcs lors d’accrochages dans la nuit de lundi. Un mensonge total pour les YPG, qui n’ont pas répondu aux tirs turcs.

Au même moment, des soldats turcs ont aussi attaqué des zones contrôlées par les forces de défense populaire au Kurdistan du Sud.
Les soldats turcs basés au village de Zarin près de Serikanié ont commencé à ouvrir le feu sur les positions YPG situées de l’autre côté de la frontière, dans le village d’Elok, ce mercredi à 7h du matin. Bien que les YPG n’aient pas riposté, les soldats turcs ont continué leurs tirs jusqu’à 11h.
Le gouverneur de la province de Riha, Izzettin Küçük, a affirmé à des journalistes que de nouveaux combats avaient eu lieu. Or, les responsables du Rojava prétendent qu’aucun combat n’a jamais eu lieu entre les YPG et des soldats de l’armée turque, et qu’aucun ypg n’avait été tué.
Il semble donc que ce soit de nouveau une provocation de la Turquie qui essaie de discréditer le PYD et de justifier la pression qui est mise sur le Rojava.

ATTAQUES TURQUES SUR LE KURDISTAN
LES SOLDATS TURCS ATTAQUENT DES POSITIONS KURDES AU KURDISTAN IRAKIEN

Le bureau des unités de défense populaire HPG BIM a communiqué que des soldats turcs en poste à la base d’Oramar, dans le district d’Hakkâri, le long de la frontière avec le Kurdistan irakien, avaient ouvert le feu sur des zones contrôlées par la guérilla.

Selon les HPG, des tirs d’artillerie et de mortier des soldats turcs ont visé la région de Zagros et plusieurs collines sur la frontière de Gever ce 22 juillet.
Les HPG ont aussi constaté que de nouveaux tirs visaient les collines de Martyr Rahime, Martyr  Karker et Martyr Gafur ce 23 juillet.
La guérilla a fermement réagi à ces attaques d’artillerie et a détruit certaines positions d’où provenaient les tirs ainsi qu’un char d’assaut turc.
Les drones turcs survolent intensivement la région du Zagros et d’Ava sin pour reconnaître le terrain depuis le  20 juillet.

LES TENTES DE LA SOLIDARITÉ
LES SOLDATS TURCS DÉTRUISENT LES TENTES

Des tentes de la solidarité avaient été plantées le long de la frontière du Rojava pour soutenir symboliquement les Kurdes de Kobani. Des maires et des députés de villes turques y assuraient une permanence  jusqu’a ce que l’armée turque investisse les lieux et ne détruise les tentes. On déplore de nombreux blessés dans l’attaque policière.

Depuis que l’EI a intensifié ses attaques sur Kobani, les Kurdes des 4 régions du Kurdistan se sont mobilisés pour soutenir leurs concitoyens.
Non seulement il y a eu des manifestations parfois massives aux 4 coins du Kurdistan et en Europe, mais des centaines de kurdes ont également pris le chemin de Kobani pour aller se battre contre l’EI

Au Kurdistan du Nord, dans le village de Ziyaret, des représentants du parti HDP avaient  installé des tentes justes à côté de la frontière pour assurer les habitants de Kobani de leur soutien.
Le gouvernement turc n’avait pas réagi aux démonstrations de masse pour soutenir Kobani, jusqu’à ce lundi matin à l’aube, quand les soldats turcs ont attaqué les tentes de la solidarité à l’aide de gaz lacrymogènes lancées dans des torrents d’insultes proférés au mégaphone.

On déplore deux blessés dans cette attaque ainsi que la destruction de plusieurs véhicules. Les tentes ont été incendiées et les véhicules ont été cassés à coups de barres de fer avant d’être incendiés eux-aussi.

La police anti-émeute a aussi été impliquée dans ces attaques à grande échelle, en utilisant des canons à eau et des véhicules blindés.

Dans les tentes, la riposte à l’aide de feux d’artifices et de pierres n’a pas suffi à contenir les policiers.

La quantité de gaz lacrymogènes utilisée est telle que des habitants de Ziyaret ont été obligés de quitter leurs foyers pour ne pas respirer les fumées.

Deux personnes ont été brutalement tabassées par les policiers et !une dizaine d’autres ont été blessés, parmi lesquels la journaliste de Jinha, Serhiban Aslan.

Le président kurde emprisonné Abdullah Ocalan a commenté ces attaques policières. Pour lui, les actions de soutien au Rojava sont d’ordres démocratique et légitimes.  L’attitude hostile de l’Etat turc est quant à elle totalement inacceptable.

L’accès aux champs où se trouvaient les tentes est bloqué par les policiers mais de nombreux jeunes kurdes essaient malgré tout de maintenir une forme de résistance contre la troupe.

Une des raisons avancées à ce débordement de violence des policiers turcs, c’est que les tentes étaient installées au sommet d’une colline qui permet de voir Karkamis et son camp de réfugiés, ainsi que les djihadistes qui passent tranquillement la frontière pour aller commettre leurs crimes.

DÉCLARATION DU KCK
LA TURQUIE ENCOURAGE LES ATTAQUES SUR LE ROJAVA

Le KCK, l’union des communautés kurdes, vient de publier une déclaration concernant les attaques de l’Etat islamique sur le Rojava et l’intensification des violences policières en £Turquie ?
Le rapport mentionne aussi les bons soins réservés en Turquie aux bandits de l’EI qui ont attaqué Kobani et qui ont été blessés.

L’union des communautés kurdes, le KCK, souligne que    l’AKP doit comprendre que les politiques de résolution de la question kurde et les offensives contre le Rojava ne peuvent pas coexister. Le gouvernement AKP doit adopter une attitude claire avec l’EI et la rendre publique.
Le KCK insiste aussi sur le fait que le gouvernement AKP continue de soutenir l’intolérance et les agressions contre le peuple kurde et la révolution du Rojava., fournissant un continuel soutien à des groupes terroristes comme celui d’Al-Qaeda, al Nusra ou l’EI. L’Etat turc les encourage à attaquer le Rojava.

DÉCLARATION DU KCK
PLUS DE FRONTIERES DANS LE CŒUR ET DANS L’ESPRIT KURDES

Le KCK considère aussi que l’agression de la police turque contre les tentes de la solidarité dans la province de Riha  est une preuve manifeste de l’hostilité de l’Etat turc envers l’existence et la liberté des kurdes.
Pour le KCK, la police et l’armée turque se comportent en bandits qui attaquent, blessent et emprisonnent  des dizaines de personnes pacifiques.
Enfin, le KCK réitère son appel à tous les kurdes pour continuer la lutte contre les attaques et la répression du gouvernement AKP et pour soutenir la Révolution du %Rojava.

LES YPG ET LES YPJ RECRUTENT
KURDES ET ARABES DE LA DIASPORA S’ENGAGENT MASSIVEMENT

Un appel général à la mobilisation a été lancé par le KNK et par les Etats-majors des YPG et des YPJ. Il a été entendu par des centaines de kurdes et d’arabes de la diaspora qui viennent gonfler les rangs des unités populaires de défense du Rojava.

Ce mardi, ce sont 23 arabes de la région de Derick dans le canton de Cezire qui ont rejoint les YPG
Une cérémonie spéciale a également eu lieu pour introniser les 23 volontaires arabes qui auront suivi les cours d’auto-défense, d’histoire politique et sociale et de formation militaire au sein de l’académie Martyr Xabat.

Traduction du film suivant sur la prestation de serment des YPG

00:40 Je jure sur la base d’une société démocratique,
00:44 respectueuse de l’environnement
00:45 de l’égalité des genres
00:47 pour une Syrie démocratique
00:50 et un Kurdistan libre
00:52 Je jure de defender une société
00:58-01:05 sans faire de  différence entre la religion, la nationalité ou la langue

1:09 J’ai participé à cette formation pour rejoindre mes camarades
01:14 aux check points, au front et en tous lieux
01:18 J’ai rejoint les YPG pour defender les populations opprimées
01:21 -01:25 D’où que vienne l’appel des opprimés, nous nous rendrons à leur secours.

LES CHRÉTIENS MENACÉS DE MOSSUL FUIENT LA VILLE
LE CEZIRE PRÊT À ACCUEILLIR LES CHRÉTIENS D’IRAK

L’Etat islamique propose trois possibilités aux chrétiens de Mossoul : soit ils paient un impôt spécial, soit ils fuient soit on les tue.
Un millier de familles chrétiennes ont déjà fui Mossoul rien que la semaine passée, en direction du Kurdistan du Sud ou vers la ville chrétienne de Qaraqosh.

Ces évènements ont attiré l’attention de l’administration autonome de Cezire qui s’est tout de suite proposée pour accueillir ces chrétiens en fuite.
Maintenant, l’Etat islamique a consolidé son emprise sur la ville de Mossoul. Un délai courant jusqu’à ce weekend a été imparti aux chrétiens pour choisir entre le payement d’un impôt spécial, l’exil ou la mort.
Avec cet ultimatum, la plupart des chrétiens ont décidé de fuir, abandonnant tout ce qu’ils possédaient derrière eux.  Ils se sont d’abord rendus à Arbil la capitale du Kurdistan du Sud et à Qaraqosh, la vile chrétienne au sud- est de Mossoul
Le patriarche chrétien chaldéen louis Sako a expliqué que c’était la toute première fois dans son histoire que la ville de Mossoul était complètement vide de toute présence chrétienne.

Le nouveau gouverneur islamique de Mossoul a fixé l’impôt spécial de la jizia à 470 dollars par famille. Rappelons que dans la ville de Raqqa en Syrie, le groupe islamiste avait fait de même, ordonnant aux chrétiens de s’acquitter d’un impôt d’une demi once d’or pur, c’est-à-dire environ 14 grammes, s’ils voulaient pouvoir reste en relative sécurité.

L’administration autonome de Cezire a décidé d’accueillir ces chrétiens en exil qui cherchent un refuge sûr.
L’administration a également demandé à toutes les organisations défendant les droits de l’homme et à la communauté internationale de venir en aide et de protéger les peuples qui subissent les attaques de l’EI.

APPEL DES SYRIAQUES
LA LUTTE CONTRE LA BRUTALITÉ DE L’ÉTAT ISLAMIQUE SE FERA AVEC LES KURDES

Le président du conseil national Bethnarin MUB, une organisation qui représente les chrétiens syriaques d’Europe a demandé aux représentants des peuples kurdes et assyriaques de coaliser leurs efforts pour vaincre l’Etat islamique.

Le MUB est très inquiet depuis la prise de Mossul ce 9 juin pour le sort des assyro-chaldéens.

Les chrétiens assyro-chaldéens rappellent la brutalité des attaques portées contre eux par l’EI:
Au Rojava, estiment-ils, les assyro-chaldéens ont la possibilité de dynamiser la Mésopotamie et de construire avec les Kurdes une véritable démocratie et une administration pacifique où tous les peuples peuvent vivre ensemble:

Les attaques portées sur les chiïtes, les Kurdes, les chrétiens sont autant de preuves du caractère confessionnel du conflit importé par les djihadistes de l’EI.
La situation est aujourd’hui historique, car elle permet de rassembler tous les peuples dans la lutte contre les djihadistes:
En ce moment, la stratégie la plus adéquate serait de réaliser une alliance politique entre kurdes et chrétiens syriaques et assyro-chaldéens: cette association dépasserait de très loin  le simple soutien humanitaire: Aujourd’hui, il faut que les Kurdes et les chrétiens lient leurs destins pour protéger la pleine de Ninive
Le MUB appelle la communauté internationale et les Nations-Unies à se montrer solidaires des chrétiens et des Kurdes: Il est temps que Ninive rencontre Erbil, Amed, Qameshli et Mardin. Il faut que tous les Kurdes suivent l’exemple du Rojava.

ONDER ET ZANA SE RENDENT AU KURDISTAN DU SUD
LA POSITION D’OCALAN EXPLIQUÉE AUX PARTIS KURDES

Le 10 juillet, Layla Zana et Sirri Süreyya Önder, du parti HDP, avaient pu rencontrer le président Ocalan sur son île-prison d’Imrali.
Ils se sont maintenant rendus au Kurdistan du Sud afin de faire connaître aux différents groupes politiques la position d’Abdullah Ocalan sur la situation actuelle des Kurdes et du Moyen Orient.
FILM
Le député stambouliote du parti HDP Sirri Süreyya Önder ainsi que la députée indépendante d’Amed, Leïla Zana, se sont rendus au près des autorités du gouvernement régional kurde d’Irak. Onder et Zana ont pu faire part de sa position sur les derniers développements au Rojava et sur le rôle du KNK, le congrès national kurde.

Ils ont rencontré Jalal Talabani, le président de l’Irak, Massoud Barzani le président du gouvernement régional kurde d’Irak, ainsi que le neveu du premier ministre du Kurdistan, Nechirvan Barzani, qui est aussi le premier ministre.
Enfin, les deux députés ont pu rencontrer Nilüfer Koç, co-présidente du  KNK.
La question de l’union des kurdes, des différends qui les fragilisent ainsi que les dernières attaques de l’EI ont été au menu  des discussions.

Enfin, les deux députés ont évalué l’état actuel des négociations en cours entre l’Etat turc et Abdullah Ocalan.
Cette délégation restera au Kurdistan du Sud pendant une semaine.

LA QUESTION DU ROJAVA ABORDÉE AU PARLEMENT TURC
LE HDP CRITIQUE LA TURQUIE POUR NE PAS AVOIR CONDAMNÉ L’EI

Idris Baluken,  le député du parti populaire démocratique, HDP, a pris la parole au parlement turc.
Il y a affirmé que le modèle d’auto-gouvernance mis en place par les Kurdes  et structuré autour d’assemblées populaires doit etre soutenu.

Pour Idris Baluken s’exprimant devant le parlement turc, le modèle kurde incluant tous les représentants des habitants de la région, qu’ils soient Kurdes, Arabes, Turkmènes, Syriaques, Arméniens, chiites ou sunnites, ainsi que les non-musulmans , ce modèle donc, doit être soutenu et pris en exemple par tous les peuples et états du Moyen Orient.

Baluken a aussi rappelé aux députés turcs que c’était déjà le deuxième anniversaire de la Révolution du Rojava, fêté lorsque les Kurdes de Kobani ont pris le contrôle de leur ville.

Afin de jouer un rôle déterminant dans la recomposition de la région, il est souhaitable que la Turquie soutienne le Rojava et condamne fermement les attaques de l’Etat islamique sur Kobani.

Baluken a demandé la suppression immédiate de l’embargo sur le Rojava, l’ouverture des frontières pour le commerce et la reconnaissance du modèle de l’administration autonome du Rojava comme un modèle de paix pour toute la région.

LES NOUVELLES DU ROJAVA EN BREF
JEUNES YPG RENVOYES, KOBANI

Dans les nouvelles en bref du Rojava, il est question  du renvoi des YPG trop jeunes, d’un rapport des alevis, de la condamnation des attaques sur Kobani par les mères d’Izmir, ainsi que de l’aide apportee aux villageois de kobani

EXAMENS MÉDICAUX POUR LES JEUNES YPG RÉFORMÉS

Suite aux accords signés avec l’organisation du traité de Genève, les YPG sortent de leurs rangs les mineurs d’âge qui s’y trouvent encore. 39 des 149  jeunes ayant  entre 16 et 18 ans ont ainsi été transférés vers le centre culturel et éducatif de Girkélegé où ils ont subi une série d’examens  médicaux.

LE RAPPORT SUR LE ROJAVA SOUMIS AUX NATIONS-UNIES

La fédération Alevi Bektâchî a préparé un rapport sur le Rojava suite à la récente visite de membres de la fédération au Rojava.
La fédération a soumis son rapport sur le Rojava au bureau turc pour les nations-unies et il a appelé les nations unies à émettre un ordre de protection pour le Rojava.

LES MÈRES POUR LA PAIX CONDAMNENT LES ATTAQUES CONTRE KOBANI

Des membres de l’association « mères pour la paix » à Izmir ont tenu une conférence de presse au bureau du BDP d’Izmir. Elles condamnent fermement les attaques sur Kobani perpétrées par l’EI depuis le 2 juillet.

De nombreuses personnes ont suivi cette conférence de presse. Cemile Aydin a alors pu condamner le fait que ces attaques contre les kurdes se fassent sous le drapeau de l’Islam. En ce mois de Ramadan, on tue, on détruit les maisons et les propriétés des kurdes. Ce que font ces gangs n’est rien d’autre qu’un massacre cruel.

547 KITS D’AIDE DISTRIBUÉS À KOBANI

Les comités de secours affiliés au ministère des relations sociales de Kobani viennent de distribuer 547 kits de secours aux habitants des villages situés aux alentours de la ville de Kobani.

L’aide a été principalement distribuée aux nécessiteux ainsi qu’aux réfugiés provenant d’autres régions de  Syrie.

REVUE DE PRESSE

Nous allons maintenant evoquer la presse internationale avec deux articles traitant de la politique iranienne au kurdistan du sud et du retour de Jelal Talabani au pays apres un long conge de maladie.

http://nationalinterest.org/feature/why-iran-fears-independent-kurdistan-10950?page=2

Selon alex Vatanka, l’Iran redoute que les kurdes irakiens ne puissent prendre leur envol sur les ruines de l’Irak. L’Iran est aussi un pays multiethnique et l’exemple des kurdes ne resterait pas sans effet tant sur les kurdes d’Iran que sur ses autres peuples en situation minoritaire.
Le PJAK kurde, le parti d’opposition interdit des kurdes d’Iran,  s’en trouverait considérablement renforcé.
Surtout, les deux alliés du Kurdistan irakien seraient les deux grands rivaux de Téhéran, à savoir Israël et la Turquie.
Pour ces raisons, Alex Vatanka prévoit que l’Iran va utiliser le principal rival kurde de Barzani. Le PUK risque donc d’être fort sollicité pour tamiser les vélléités indépendantistes d’Arbil.

http://www.lalibre.be/dernieres-depeches/afp/irak-le-president-rentre-au-pays-apres-18-mois-a-l-etranger-53c916b33570667a638b69c1

Le président irakien Jalal Talabani, qui se trouvait en Allemagne depuis fin 2012 pour des soins médicaux, rentrera au pays samedi, a annoncé son parti dans un communiqué, au moment où l’Irak connaît sa plus grave crise depuis des années.
M. Talabani, devenu président de l’Irak en 2005, a quitté son pays le 20 décembre 2012, deux jours après avoir été victime d’une attaque cérébrale, et n’est pas revenu depuis.
Premier chef d’Etat kurde d’Irak, M. Talabani a dû faire face à plusieurs problèmes de santé ces dernières années. Il a été opéré du coeur avec succès aux Etats-Unis en août 2008, et soigné plusieurs fois à l’étranger.
Outre l’offensive insurgée qui a vu les jihadistes s’emparer de nombreux pans du territoires dans le nord et l’est, le gouvernement irakien doit gérer les tensions qui vont crescendo avec le président du Kurdistan Massoud Barzani, vieux rival de M. Talabani.
Profitant du retrait de l’armée irakienne face à l’avancée des insurgés, les forces kurdes ont pris le contrôle de territoires disputés avec Bagdad, notamment la ville pétrolifère de Kirkouk (nord), qu’ils n’ont aucune intention de rendre, provoquant la fureur du Premier ministre Nouri al-Maliki et une escalade verbale entre Bagdad et Erbil.
M. Talabani pourrait apaiser ces tensions en tempérant les ambitions indépendantistes kurdes, au plus haut après l’annonce ce mois-ci d’un référendum d’indépendance par le président Barzani.
En effet, si le voisin turc a modéré son opposition à l’idée d’un Kurdistan irakien indépendant, l’Iran chiite y reste opposé.
Et “Talabani était l’interlocuteur-clé entre l’Iran, les politiciens kurdes et Bagdad”, relève Toby Dodge.

X
F
E
E
D

B
A
C
K