Le tribunal de Diyarbakir, principale ville du sud-est anatolien, en majorité peuplé de Kurdes, a estimé que Leyla Zana, qui n’a pas assisté à l’audience, avait violé neuf fois le code pénal et la loi anti-terrorisme en exprimant dans des discours son soutien au Parti des travailleurs du Kurdistan (PKK, interdit) et à son chef emprisonné Abdullah Öcalan.

Mme Zana, 51 ans, qui a déjà passé une décennie en prison (1994-2004) avec trois autres ex-députés kurdes pour collusion avec le PKK, avait une première fois été condamnée à une même peine en 2008, mais la Cour de cassation avait par la suite cassé le verdict pour vice de procédure.

La Cour a insisté sur son premier verdict jeudi. Les avocats de la députée doivent de nouveau faire appel.

Le Parlement européen a attribué en 1995 le Prix Sakharov des droits de l’Homme à Leyla Zana.

Figure emblématique de la cause kurde, Leyla Zana avait demandé en décembre l’organisation d’un référendum en Turquie sur l’avenir du peuple kurde dans un entretien à un site internet kurde. (AFP, 24 mai 2012)

Biographie

Leyla Zana naît à Silvan, près de Diyarbakir. Elle épouse à 14 ans son cousin Mehdi Zana, qui sera élu maire de Diyarbakir en 1977 puis fait prisonnier politique et torturé après le coup d’État militaire du 12 septembre 1980 en Turquie.

Le 20 octobre 1991, revendiquant l’héritage politique de son mari exilé à l’étranger, Leyla Zana est élue au Parlement turc dans la circonscription de Diyarbakir. Elle fait scandale au parlement lors de la cérémonie de prestation de serment en prononçant un message de paix en kurde (« Vive la paix entre les peuples kurde et turc »).

Son parti, le Parti de la démocratie du peuple (DEP) est interdit et son immunité parlementaire est levée. En décembre 1994, Leyla Zana est arrêtée, en même temps que trois autres députés (Hatip Dicle, Selim Sadak et Orhan Dogan) et accusée de trahison. Les accusations de trahison ne sont pas portées devant le tribunal mais Zana et les trois autres accusés sont condamnés à 15 ans de prison pour « appartenance à un groupe armé » (il s’agit du [PKK]).

Pour justifier sa décision, le tribunal s’est appuyé sur des arguments comme la couleur des vêtements portés par Leyla Zana. Ainsi, il est dit « […] que l’accusée Leyla Zana a, le 18 octobre 1991, effectivement porté des vêtements et des accessoires jaune, vert et rouge alors qu’elle s’adressait à la population de Cizre ».

Le 30 novembre 1995, le Groupe de travail des Nations Unies sur la détention arbitraire a déclaré que l’emprisonnement des quatre parlementaires était arbitraire, car il contrevenait aux articles 10 et 11 de la Déclaration universelle des droits de l’Homme. Le Groupe de travail a instamment demandé au gouvernement turc « de prendre les mesures nécessaires pour remédier à cette situation », ce dont il s’est abstenu.

De son côté, Amnesty International a estimé « que ces parlementaires sont des prisonniers d’opinion, emprisonnés pour avoir exprimé leurs idées de façon pourtant pacifique».

En 1994, Leyla Zana reçoit le prix Rafto et le prix Sakharov décerné par le Parlement européen pour honorer sa "liberté d’esprit". En 1995 elle reçoit le Prix Bruno-Kreisky.

Sa condamnation est alourdie en 1998, à cause d’une de ses lettres publiée dans un journal kurde, où elle exprimait des opinions séparatistes. Elle publie un livre Écrits de prison. Son parti, le Parti de la démocratie (DEP) est également dissout par la Cour constitutionnelle en 2003.

L’Union européenne (UE), à laquelle la Turquie souhaite adhérer, effectue à plusieurs reprises la demande d’une libération de Leyla Zana, sur des bases humanitaires. En 2001, la Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) critique la façon dont le procès de Zana a eu lieu ; la Turquie n’en accepte pas le jugement mais en 2003 une loi d’harmonisation passée dans le cadre de l’éventuelle adhésion de la Turquie à l’UE permet de demander un nouveau procès qui tienne compte de l’avis de la CEDH. Toutefois ce nouveau procès qui prend place en avril 2004 est régulièrement boycotté par les prisonniers et leurs condamnations y sont confirmées. En juin 2004, celles-ci sont finalement annulées par la cour d’appel suprême de Turquie sur avis du procureur, pour un vice de forme lors du premier procès et Zana est libérée ainsi que Hatip Dicle, Selim Sadak et Orhan Dogan.

En janvier 2005, la CEDH condamne le gouvernement turc à verser à chacun des condamnés 9 000 Euros, déclarant que la Turquie a violé leur droit d’expression.

Leyla Zana ne s’est pas présentée aux élections parlementaires de 2007. Elle a déclaré, lors des célébrations du Newroz à Diyarbakir : « Les Kurdes ont trois leaders : Jalal Talabani, Massoud Barzani et Abdullah Öcalan, nous leur devons énormément. » Par ailleurs, lors d’un colloque au Parlement anglais, elle a affirmé que « le PKK était la garantie du peuple kurde. »

Le 4 décembre 2008, Zana a été condamnée à 10 ans de prison ferme pour avoir fait des déclarations faisant l’éloge du PKK dans neuf discours lors de rassemblements publics.

Récompenses

1994 prix Rafto
1995 : Zana reçoit le prix Sakharov qu’elle n’a pu aller chercher au parlement européen qu’en 2004.
1995 Bruno-Kreisky-Preis
1995 Aachener Friedenspreis
1995 et 1998 elle a été pressentie au prix Nobel de la paix
14 décembre 2004 elle a reçu la médaille d’argent par le maire de Paris Bertrand Delanoë.
Zana a été choisie citoyenne honoraire par la France et la Suisse.
http://www.info-turk.be/405.htm#Leyla

X
F
E
E
D

B
A
C
K