En 2004, Abdullah Demirbaş (°1966 – Diyarbakir) a été élu à une très grande majorité sur la liste du Parti démocratique de la vie en société (DTP), en tant que bourgmestre de Sûr, entité communale de Diyarbakir, capitale officieuse de Kurdistan de Turquie.
Le 6 octobre 2006, le conseil communal de Sûr a approuvé le projet de prévoir un service communal multilingue. Cette décision a été prise suite à une enquête effectuée par la commune de Sûr sur les besoins et l’amélioration de conditions de vie de ses habitants. De cette enquête, il découle que 24% seulement de ses habitants utilisent la langue turque dans la vie quotidienne, 72% utilisent le kurde, 1% l’arabe et 3% l’arménien ou le suryoyo. Grâce à cette initiative, chacun pouvait être servi dans sa propre langue.

Demirbaş est connu dans la région pour son engagement dans les questions culturelles et concernant l’enseignement. Il a toujours œuvré pour la protection et la promotion des droits linguistiques, historiques et culturels des Kurdes et des autres minorités dans sa commune. Sous le titre « Un conte par nuit », il a également décidé de publier des petits livres de contes typiques dans les différentes langues régionales et de les distribuer en plus des guides touristiques en français, anglais et allemand.
À cause de ces initiatives qui tenaient compte de la diversité culturelle de ses administrés, il a été démis de ses fonctions en 2007 et le conseil communal de Sûr a été dissous. La raison en était: « Utilisation d’une langue étrangère dans les instances officielles »

Le 29 mars 2009, lors des élections communales en Turquie, Abdullah Demirbaş a été de nouveau choisi. De nouvelles procédures ont été lancées contre lui et il a été condamné à une peine de prison de deux ans. À nouveau, pour les mêmes raisons, à savoir l’utilisation du kurde dans les services communaux, lui et des dizaines d’autres collègues, bourgmestres, parlementaires du DTP ainsi que des enseignants ont été arrêtés et incarcérés fin 2009.
Après quelques mois de prison, l’état de santé d’Abdullah Demirbaş s’est à nouveau détérioré, il souffre de plus en plus de sa thrombose et le traitement de la maladie ne peut souffrir d’aucune interruption et devrait être constamment suivi par un médecin. Or la situation sanitaire dans les prisons turques laisse beaucoup à désirer.
Il y a deux semaines, son état a sérieusement empiré et on a dû l’envoyer d’urgence à l’hôpital. Les autorités turques sont parfaitement au courant de son état de santé et cela depuis longtemps !
Malgré le fait que les autorités soient au courant de son état de santé critique qui peut même provoquer son décès, M. Demirbaş a été à nouveau incarcéré.

L’Institut kurde de Bruxelles lance une campagne de protestation afin que M. Demirbaş soit libéré. On ne peut rien lui reprocher, il a seulement lutté de façon pacifique pour la liberté, la paix et la tolérance en Turquie. Nous demandons instamment au ministre belge des Affaires étrangères, M. Steven Vanackere, de plaider auprès des autorités turques afin qu’Abdullah Demirbaş soit libéré.

X
F
E
E
D

B
A
C
K