La République de Turquie a infligé à ses citoyens l’oppression et l’exploitation les plus sévères à cause de sa idéologie officielle et son approche d’État-nation. Elle a non seulement contraint le peuple kurde et toutes les communautés du Kurdistan d’être assimilée en une seule identité turque, mais aussi infligé les mêmes politiques sur les communautés anatoliennes. Diverses minorités chrétiennes, comme les Arméniens et les Syriaques, les groupes ethniques, comme les Arabes, Laz, les Géorgiens et les minorités musulmanes comme les Alévis ont tous souffert de l’oppression de l’Etat.

La Conférence commémore  tous ceux qui sont morts pour la liberté des kurdes au cours du siècle dernier.

Dans la continuation des soulèvements, la dernière insurrection kurde menée par le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) a continué pendant plus de 30 ans. Intimidation et répression de l’État ne s’est pas avérée capable de briser la résistance du peuple kurde.

Notre conférence, basée sur un désir de paix et de liberté, a franchi une étape importante et pris des décisions historiques pour l’avenir d’un Kurdistan libre, ainsi que pour l’ensemble de la région.

Les décisions de la Conférence sont les suivantes:

1 – M. Öcalan a créé une opportunité historique pour la solution démocratique et pacifique de la question kurde. Le mouvement kurde a pris des mesures concrètes et sincères pour une solution. Notre conférence appelle le gouvernement à prendre également des mesures présentant la même sincérité et le même engagement.

Notre délégation est préoccupée par le langage que le gouvernement emploie encore et l’attitude qu’elle affiche, la construction de nouveaux postes militaires dans la région kurde et l’augmentation de l’emploi de gardes de village. Elle appelle à la fin de ces pratiques qui conduisent à la perte de confiance du public et la remise en cause de la sincérité du gouvernement à l’égard du processus. À cet égard, notre conférence demande la libération de M. Abdullah Öcalan, qui est l’acteur principal dans le processus d’une solution démocratique afin d’assurer des progrès vers une solution optimale.

2 – Notre conférence a décidé qu’aucune solution durable ne peut être atteinte à la question kurde, sauf si le Kurdistan obtient un statut. Il a été convenu comme principe commun que les peuples du Kurdistan ont le droit à l’autodétermination nationale (comme l’autonomie, l’indépendance, fédération) sur la base de leurs propres décisions et accords.

3 – Notre délégation exige la formation d’une constitution moderne et démocratique. Les peuples du Kurdistan ont  le droit à s’organiser selon leurs propres identités, de se former dans leur langue maternelle et la reconnaissance de la langue kurde comme langue officielle garantis par la Constitution.

4 – Kurdistan a connu de grands problèmes sociaux tels que la pauvreté, les migrations, le chômage et les catastrophes écologiques. Notre conférence met l’accent sur l’importance des transferts de fonds publics au Kurdistan sur la base de la discrimination positive et la mise en place d’un mécanisme qui doit comprendre la politique, les ONG, les administrations locales et d’autres groupes différents. Notre conférence exprime sa sincère confiance dans la jeunesse pour la création de l’avenir du Kurdistan et attache une grande importance à leurs opinions.

5 – Les réformes juridiques sont nécessaires pour permettre la libération de tous les prisonniers politiques, en particulier les enfants et les détenus ayant des problèmes de santé. L’État doit assumer ses responsabilités pour élucider les meurtres non résolus et les crimes de masse.

6 – Notre conférence souligne que la situation des femmes, l’acteur la plus dynamiques de la communauté, ne peut être traitée séparément de la société. Tout type d’intervention et attaque contre les femmes est une intervention et attaque sur la société. Notre Conférence déclare qu’il est contre toutes sortes d’attaques ciblant les femmes. Le rôle des femmes kurdes dans la lutte au Kurdistan sert de modèle pour le monde entier. Notre conférence englobe la détermination des femmes, en tant que communauté autonome et originale, pour une participation égale dans toutes les étapes de la vie sociale sur la base de l’égalité des sexes.

7 – Les politiques de l’État ont créé des problèmes importants pour toutes les minorités du Kurdistan. Nous croyons en la nécessité de construire une nouvelle vie d’égalité, ayant comme base son histoire tragique. Par conséquent, notre conférence fera de grands efforts pour fournir les conditions nécessaires pour permettre aux groupes minoritaires de mener une vie libre en fonction de leurs croyances et cultures. La solution pour l’unité du Kurdistan du Nord et la Conférence-Solution appellent au retour de tous les groupes qui ont été forcés de quitter leur patrie au 20e siècle.

8 – Notre Conférence annonce son soutien à la révolution populaire dans le Rojava (partie occidentale du Kurdistan, sous la souveraineté de la Syrie).  Elle considère qu’il est important que Rojava assure son unité sous l’égide du Haut Conseil kurde. Il indique que chaque personne dans le Kurdistan devrait protéger les acquis et réalisations accomplis à Rojava. Il condamne toutes les attaques menées par le régime dictatorial et certains gangs affiliés à l’opposition syrienne contre Rojava. Notre conférence appelle Rojava de garder ses frontières ouvertes et le peuple du Kurdistan à envoyer de l’aide.

Il exige que la communauté internationale reconnaisse officiellement et fait participer Rojava kurde dans les mécanismes pertinents pour une solution à la crise en Syrie.

9 – Notre conférence attache une importance capitale à la rencontre de la Conférence nationale du Kurdistan et annonce qu’il va s’acquitter de ses obligations. Elle appelle le président irakien Jalal Talabani, la région fédérale du Kurdistan (ARK), le président Massoud Barzani, le KCK (Union communautaire du Kurdistan) le conseil présidentiel et tous les autres pouvoirs du Kurdistan à prendre des mesures pour le rassemblement de la Conférence nationale dès que possible.

10 – La délégation de la Conférence exprime son respect et sa gratitude à toutes les personnes et structures qui ont contribué à la cause du Kurdistan.

11 – Notre Conférence demande à l’Organisation des Nations Unies (ONU), l’Union européenne (UE), l’Organisation de la Conférence islamique (OCI) et les peuples du monde à agir de façon responsable envers la lutte du peuple du Kurdistan pour la liberté et la justice. Notre Conférence demande à tous les États et organisations internationales d’éliminer le PKK (Parti des travailleurs du Kurdistan) de la liste des organisations terroristes.

12 – La délégation de la Conférence a décidé de la création d’un «Comité d’Unité et Solution» pour représenter la volonté de l’unité du Kurdistan du nord et de la Conférence-solutions. Le comité est autorisé de surveiller toutes les décisions prises pendant la conférence, d’établir des commissions dans les domaines relevants et de rappeler la délégation de la Conférence à une date ultérieure. Ce comité exerce ses travaux sur la base de sa mission en tant qu’organe effective du processus de négociation démocratique.

13 – Notre Conférence invite les peuples de la Turquie à reconnaître et à accepter la volonté de la Conférence et demande à l’Etat turc de reconnaître les droits du peuple kurde. Notre conférence soutient également la lutte démocratique et légitime des peuples turcs.

Nous espérons que notre Conférence et l’unité seront de bon augure pour tout le peuple du Kurdistan.

Salutations et respect.

Le Conseil de Coordination de l’unité du Kurdistan du Nord et le Comité Solution.

X
F
E
E
D

B
A
C
K