Les Kurdes sont toujours victimes des massacres et de traitements inhumains. Ce peuple subit de tels actes dans les quatre parties du Kurdistan. Dernièrement, le 14 Août 2007 plus de 700 civils, femmes, enfants et vieillards confondus, ont été massacrés et des centaines ont été blessés par des attentats aux camions piégés dans la région de Singal, au Kurdistan Irakien. Ces attentats ont été faites contre ces Kurdes en raison de leur appartenance à la religion kurde yézidie. Ces attaques sont les plus meurtrières de l’histoire récente depuis le renversement de Saddam Husein en 2003. Ces attentats ont frappé deux camps, prolongeant en quelque sorte l’opération d’extermination entreprise par le régime baasiste. Plus de 1500 familles ont été touchées par ces attentats.

Les villages où ces attentats ont été effectués, Al-Khataniyah et Al-Adnaniyah, sont essentiellement peuplés par les Kurdes yézidis. Dans cette région du Kurdistan Irakien la communauté yézidie compte plus de 600.000 personnes.

Ce massacre ne peut être considéré comme un épisode sanglant parmi d’autres des affrontements interconfessionnels qui endeuillent régulièrement l’Irak. Les yézidis n’ont aucune milice, ils ne menacent personne et ils se sont tenus, jusqu’à présent, à l’écart de tous les conflits déchirant l’Irak. Les victimes sont des paysans démunis et sans défense. Ceux qui ont planifié et perpétré ces attentats ont cherché délibérément à exterminer une partie de cette communauté kurde qui est attachée à ses coutumes et ses valeurs historiques.

Il ne faut pas oublier que le référendum concernant l’avenir de la province de Kirkuk doit être réalisé à la fin de cette année. C’est pourquoi les menaces des pays voisins comme la Turquie et la Syrie ont joué un rôle important dans ces attentats. Le but de la Turquie est de montrer que cette région n’est pas tranquille et que le référendum ne doit pas être effectué.

Suite à ces attaques les organisations kurdes, dont le Congrès National du Kurdistan, ont fait appel autorités de l’Union européenne à réagir face à cette barbarie.

Les pays voisins de l’ Irak, comme la Turquie et la Syrie font tout pour déstabiliser la région et créer des problèmes non seulement entre les Kurdes musulmans et yézidis, mais aussi avec les chrétiens et les Turkmènes de ces territoires qui souhaitent vivre ensemble.

Dans ce contexte, la seule solution susceptible d’assurer la survie de ces communautés est leur intégration à la région du Kurdistan. Les provinces de Mossoul et de Kirkuk sont peuplées d’une forte majorité de Kurdes. La Constitution irakienne, approuvée par plus de 80 % d’Irakiens, stipule, dans son article 140, l’organisation, avant la fin de cette année, d’un référendum pour permettre à leur population de se prononcer librement sur leur rattachement à la région du Kurdistan Irakien.

Considérés comme hérétiques par l’islam orthodoxe, les yézidis ont été persécutés tout au long de son histoire, en particulier par l’empire ottoman. Des dizaines de milliers d’entre eux ont dû chercher refuge dans le Caucase où leurs descendants forment encore des communautés significatives en Arménie, en Géorgie et en Russie. D’autres ont survécu dans les montagnes du Kurdistan, qui constituent une sorte d’arche de Noé ethnographique, aux côtés des chrétiens assyro-chaldéens, des juifs, des sabéens, des shabaks, des yarsanites et autres minorités religieuses menacées.

A la fin de cet article je veux attirer aussi l’attention sur l’acte de barbarie du régime Iranien qui a exécuté trois jeunes kurdes, le 22 Août 2007. Cette barbarie du régime des Mollahs est continuée par des opérations à la frontière du Kurdistan Iranien et Irakien. Suite à ces opérations plusieurs villages des Kurdes Irakiens ont été évacués. La communauté internationale ne doit pas rester silencieuse et elle doit condamner cet acte par les moyens pratiques.

http://www.info-turk.be/348.htm#Massacre
 
Institut Kurde de Bruxelles
Rue Bonneels 16, B-1210 Bruxelles | [email protected] | tél. +32-(0)2-230 89 30 | fax. + 32-(0)2-231.00.97
 
Membres d’honneur: ALALOUF Mateo, BASTENIER Albert, COPPIETERS Maurits, CREUZ Serge, DASSETTO Felice, DE KOCK Marc, DELVAUX André, EISENDRATH Henri, HOUTART François, HUMBLET Jean-Emile, JOSPA Yvonne, LEFIN Paul, MACDONALD Charles, MARTENS Albert, REMACLE Eric, SPRIET Georges, VAN BRUINESSEN M., VANDEN BAVIERE Paul, VAN PAEMEL Monika, ZANDERS J.-P

X
F
E
E
D

B
A
C
K