Dans l’histoire de la République de Turquie on ne peut que constater que tous les partis et toutes les organisations considérés comme pro-kurdes ont été la cible de la répression étatique en Turquie. C’est après 1990 que les partis politiques ont commencé de parler de la réalité kurde. Le HEP (Parti du Travail du Peuple) a été le premier qui est entré sur la sein politique de Turquie en défendant ouvertement la cause kurde. Dès la création de ce parti, la répression militaire et paramilitaire s’est accentuée contre ses membres. Suite à l’interdiction du HEP, c’est le DEP qui l’a remplacé. En 1994 un des députés de ce dernier Mehmet Sincar a été assassiné au Kurdistan par les forces paramilitaires. La même année le DEP a été interdit par la même Cour, certains de ses députés ont été emprisonnés, d’autres ont été contraints de quitter le pays.

Après le DEP, le HADEP, le DEHAP et le DTP, le BDP  a été créé. A son tour  le BDP  est devenu la cible de la même répression. Après le passage des 19 député et des  94 Maires du DTP au BDP et la création d’un groupe politique à l’Assemblé Nationale de Turquie, la première opération policière a été effectuée contre ce parti dans plusieurs villes au Kurdistan et en Turquie. Ces opérations ont continué pendant plus d’une semaine et c’est en tout une centaine de dirigeants et de membres de cette organisation qui a  été arrêtée et emprisonnée. Dans ces opérations le Co-président du Congrès de la Société Démocratique, Hatip Dicle a été aussi arrêté. M. Hatip Dicle, a été en même temps le porte parole du Congrès de la Société Démocratique et l’ancien député du DEP, ayant passé plus de 11 ans en prison.

Dans ces opérations les policiers ont fait des descentes dans les locaux de l’association des droits de l’homme à Diyarbakir. A Dersim ce sont les maisons des membres de l’Assemblée des femmes qui ont été perquisitionnées par la police de la direction de la sécurité publique. Le président de l’association des droits de l’homme à Diyarbakir Muharem Erbey a été aussi arrêté, il est toujours maintenu en prison actuellement.

Il s’agit là de la troisième vague d’arrestations contre les milieux kurdes depuis le début de l’an 2009.

Avec l’interdiction du DTP, depuis le 11 décembre 2009, les forces de l’ordre turques sont en train d’utiliser la répression un peu partout dans les régions du Kurdistan et en Turquie. Notamment depuis le 25 décembre dans les régions de Diyarbakir, Van, Yuksekova, Cizre et Mus une vraie terreur d’état est pratiquée.

Le 18 décembre 2009 dans la région de Mus, à Bulanik, lors d’un meeting de protestation contre l’interdiction du DTP, un protecteur de village a tiré sur la foule, tuant deux civils et en blessant une dizaine d’autres. Les témoins et les survivants ont rapporté que ce tueur était accompagné par la police au moment où il a tiré sur la foule.

Actuellement l’atmosphère est très tendue dans les régions au Kurdistan et en Turquie. Personne ne sait que va se passer dans les premiers mois de l’an 2010, surtout en ce qui concerne la situation au Kurdistan.  04.01.2010

X
F
E
E
D

B
A
C
K