Hier, fin de journée au parlement francophone bruxellois (Cocof), le député Ecolo Jean-Claude Defossé a mis sur la table une proposition de résolution visant « le respect de la liberté de la presse en Turquie ». Cette proposition se base notamment sur la Déclaration universelle des droits de l’homme pour demander au gouvernement francophone bruxellois de condamner les arrestations et les incarcérations abusives des journalistes en Turquie et d’entamer rapidement toutes les démarches nécessaires auprès du Gouvernement turc afin qu’il libère au plus vite tous les journalistes emprisonnés.

Cette proposition était co-signée par le FDF et le cdH. Mais au moment de passer au vote, ce dernier s’est débiné. Plus aucun parlementaire cdH n’était dans la salle. Même pas André du Bus qui cosignait le texte.Ne restaient plus qu’Ecolo qui présidait la séance, le MR et le FDF. Pas suffisamment de parlementaires pour procéder au vote.

Les socialistes aussi étaient tous partis. Le PS avait préalablement refusé de co-signer la proposition. Le parlement francophone bruxellois n’est pas le lieu adéquat pour adopter tel type de proposition. Telle était la raison officiellement invoquée.

Officieusement, on se demande si la PS et le cdH n’ont pas voulu ménager leur électorat d’origine turque. 40.000 ressortissants turcs vivent en Belgique. Beaucoup ont la double nationalité. Il ne s’agirait pas de se priver de ces voix.

Hier, au parlement, un conseiller de l’ambassade turque était d’ailleurs présent pour pousser les parlementaires à ne pas signer le texte.

Qu’il se rassure. Le quorum n’ayant pas été atteint, la proposition est désormais reportée aux calendes… grecques. Il reste encore une séance en commission mais impossible d’ajouter ce point à l’agenda tant celui-ci est engorgé en fin de législature.

Sur son blog, André du Bus, le parlementaire cdH co-signataire, dit  regretter le rejet de la proposition et justifie son absence. “Que l’examen de cette résolution fut rejeté, par un tout de passe passe de procédure, pour des raisons électorales, me désole. Et si je n’étais pas présent,c’est en raison de mon activité au parlement de la fédération wallonie bruxelles où j’interpellais au même moment successivement les ministres Nollet et Huytebroeck.”

Cette histoire démontre l’importance des communautés étrangères dans le jeu politique. Dans le même genre, en février, PS et cdH avaient rivalisé pour récupérer politiquement les festivités liées aux 50 ans de l’immigration marocaine en Belgique. (http://blogs.lecho.be, 1er avril 2014)

X
F
E
E
D

B
A
C
K