L’opération s’est effectuée dans un cadre policier qui s’étendait à plusieurs pays européens, elle est de toute évidence une prolongation du regain de répression contre les Kurdes en Turquie. Ce 4 mars, en Belgique, une vingtaine de Kurdes soupçonnés d’être membres du Parti des travailleurs kurdes (PKK) qui a été mise par l’U.E. sur la liste des organisations terroristes. À ce jour, certains d’entre eux sont toujours incarcérés.

En Europe, une tempête de contestation s’est levée contre ce type d’opérations clairement téléguidées par Ankara. Le 5 mars, cinq membres du Parlement européen ont signé une lettre ouverte dans laquelle ils protestaient clairement contre les arrestations massives de Kurdes effectuées en Belgique. Ils affirment haut et fort : « Les arrestations stigmatisent la communauté kurde en Europe et portent préjudice à l’ouverture démocratique qui devrait être faite en Turquie. »
Cette lettre va être présentée aux chefs de gouvernement de tous les pays de l’Union européenne, à leurs ministres des Affaires étrangères et de la Justice.
La lettre est signée par les membres du parlement européen suivants:
F. Alfonsi (Verts-groupe EVA), J. Bové (Verts-groupe EVA), J. Klüte (GUE-groupe NGL), H. Flautre (Verts-groupe EVA), P. Le Hyarié (GUE – groupe NGL), C. Ernst (GUE-groupe NGL) et peut être lue sur le site www.kurdischeinstituut.be

 

Plus de renseignement Derwich M. Ferho: 02/230 34 02 of 0479/56 29 62

Institut Kurde de Bruxelles
Rue Bonneels,  16
1210 Bruxelles
T.: +32 (0)2 230 89 30
F.: +32 (0)2 231 00 97
[email protected]

X
F
E
E
D

B
A
C
K