Les autorités turques n’ont pas reconnu leur lien avec Al-Qaïda, malgré les nombreux documents et l’information qui prouvent le contraire. Les passeports utilisés par les trois militants tunisiens d’Al-Qaïda arrêtés par Afrin forces de sécurité publique est une preuve de cette relation. Ils montrent que les trois Tunisiens sont passés par l’aéroport d’Istanbul-Atatürk à Antakya, puis ils ont traversé la frontière vers la Syrie via la frontière Cilvegözü.

Selon l’information donnée par les militants d’Al-Qaïda, un groupe appelé ‘Iman’ formé d’officiers militaires turcs, facilite les incursions transfrontalières et fournit un traitement hospitalier.

Les relations entre la Turquie et Al-Qaïda, et en particulier son aile syrienne le Front Al Nusra ont été signalés à plusieurs reprises. Mais à chaque fois, la Turquie a essayé de cacher ses liens et son soutien pour Al-Qaïda, en prétendant qu’elle «aide leurs frères et sœurs» en Syrie. Les informations données par les trois militants d’Al-Qaïda met en lumière de nouveaux détails sur les relations entre la Turquie et Al-Qaïda ou le Front Al Nusra.

DE BENGHAZI À SYRIE …

Essabi Musa, l’un des trois militants arrêtés, a déclaré qu’il vivait à Benghazi, en Libye et a rencontré un homme nommé Ebu Ziyad qui l’a recruté et l’a envoyé en Syrie via la Turquie. Musa âgé de 35 ans dit: «Mon frère et moi travaillions à Benghazi. D’abord,  Al-Qaïda a recruté mon frère et l’a envoyé en Syrie. J’ai trouvé une des personnes qui l’avaient recruté, c’était Ebu Ziyad. Il m’a dit que si je voulais voir mon frère, je dois rejoindre Al-Qaïda et venir en Syrie. J’ai accepté et rejoint. Quelques jours plus tard, il m’a dit que mon billet était prêt. Le billet était pour Istanbul. Je suis venu directement à l’aéroport d’Istanbul-Atatürk. De là, j’ai pris l’avion pour Antakya et puis à la frontière de Bab El Hava (Cilvegözü) en Syrie “.

De la frontière de Cilvegözü, Musa est allé au camp d’Al-Qaïda à Idlib, Tixarim et a été formé pendant 21 jours avant d’être envoyé dans d’autres camps. Musa poursuit : « Il y avait 120 personnes dans le camp, j’ai été formé. La plupart d’entre eux étaient des Tunisiens et ils avaient tous passé par la Turquie. Il y avaient aussi des Turcs, Algériens et Egyptiens. Au total, ils étaient aussi nombreux que les Tunisiens. Il y a aussi beaucoup de gens que je connais qui sont venus ici et ont combattu et sont renvoyé en Turquie. Aucun d’entre eux ont été détenus ou arrêtés. Nous étions constamment en contact avec eux par téléphone. Du camp d’entrainement, ils nous ont emmenés à Duveyle, Ermenez, Teftenez, Binnis et Dane, qui sont tous à Idlib. J’ai commencé à travailler activement là-bas ».

Il était en Syrie depuis 8 mois et tout ce qu’il avait vu était la mort inutile de personnes, Musa a dit qu’il voulait s’échapper et retourner dans son pays. Pour cela, il utiliserait la route à travers la Turquie pour rentrer chez lui, Musa a souligné qu’il était possible pour la Turquie de savoir qui étaient venus se battre au côté d’Al-Qaïda.

BATAILLON DES OFFICIERS TURCS 

Un autre des militants tunisiens d’Al-Qaïda, Nadir Elwassani, âgé de 26 ans a été arrêté. Il a aussi été recruté en Libye et a été envoyé en Turquie par la même voie. Elwassani a également déclaré qu’il n’était pas possible pour la Turquie de ne pas savoir qui sont les militants d’Al-Qaïda, il dit: «J’ai été également recruté en Libye et envoyé à Istanbul, où j’ai été accueilli par un homme nommé Ebu Besir Tunusi. Il m’a emmené dans un hôtel et puis le lendemain, m’a envoyé à Hatay (Antakya) “.

Elwassani dit qu’il a été accueilli par des membres d’Al Nusra et emmené au camp à Idlib: “Nous avons traversé la Syrie en provenance de la Turquie et étions censés rentrer chez nous à partir de la Turquie. Il est impossible pour les autorités turques de ne pas savoir cela car nous étions accueillis partout par des membres d’Al-Qaïda. Les services de renseignement turcs sont très organisés, ils doivent le savoir. “

Elwassani a également partagé quelques informations importantes sur les relations entre la Turquie et Al-Qaïda et les organisations turques opérant en Syrie. Il a notamment parlé d’un groupe appelé «Iman» formé d’officiers militaires turcs opérant dans la région Atme en Syrie. «Nos relations avec la Turquie ont été coordonnés par ce groupe. Le représentant de ce groupe est Ebu Abdo Esseyef. Il fournissait des armes à feu, des munitions et des provisions pour nous à travers ce groupe. En outre, les amis blessés ont été soignés pour les hôpitaux en Turquie et traités par ce groupe “.

« AL-QAÏDA DES DEUX CÔTÉS »

Yusuf Ekkari, le dernier membre des trois hommes arrêtés était l’ami de Nadir Elwassani, il a été recruté en Libye lorsque les deux jeunes hommes y travaillaient. Ekkari est entré  à Istanbul dix jours après Elwassani et est passé en Syrie par la même voie « officielle ». Ekkari affirme qu’il y a des militants d’Al-Qaïda sur le territoire turc et syrien qui travaillent à recruter des membres pour l’organisation. Il ajoute: «Je faisais mes études à l’université en Tunisie et puis, je suis allé en Libye pour travailler pendant un certain temps. Je suis tombé dans ce piège. Ils nous ont dit les Américains, les Allemands et d’autres groupes étaient en Syrie pour massacrer les sunnites. Les chaînes de télévision ont également propagé cette propagande. Dans les 15 jours, ils m’avaient obtenu un billet pour Istanbul. À  Hatay, j’ai été accueilli par une personne nommée Ebu Hasan, qui m’a présenté à Ebu El Amareyn, l’homme qui m’a pris à la frontière de Cilvegözü. Ebu El Amareyn de Latkiye, vit dans un village du côté turc et travaille pour Al-Qaïda, il m’a fallu traverser la frontière sans aucun problème et me remis à une personne nommée Ebu Ahmet, qui m’a ensuite emmené au camp d’entraînement. J’ai été en Syrie pendant environ quatre mois. Finalement, j’ai constaté que les choses qui m’ont été dit, n’était pas vrai, alors je me suis enfui et j’ai essayé de rentrer chez moi par la Turquie “.

Les déclarations et les passeports des trois hommes arrêtés par Afrin forces de sécurité publique souligne une fois de plus les relations secrètes entre la Turquie et Al-Qaïda. Les timbres officiels sur les passeports et les informations détaillées sur les personnes qui travaillent au sein de la Turquie et de la Syrie pour recruter des militants pour Al-Qaïda, montre comment la Turquie et Al-Qaïda sont liés.

X
F
E
E
D

B
A
C
K