Le 4 mars, en Belgique, des descentes de police selon les mêmes méthodes que celles de la police turque ont eu lieu, elles ont attaqué des associations et des personnalités kurdes vivant, en Belgique, depuis des années en toute légalité. Une de ces opérations visait la chaîne ROJ-TV, on y a détruit ou confisqué des caméras, des micros, des ordinateurs, plusieurs journalistes kurdes ont été tabassés à coups de matraque, blessés et dispersés à coups de jets d’eau sous pression.

Au cours de ces opérations, huit personnalités politiques kurdes dont deux anciens compagnons de lutte de Leyla Zana qui en 1995 avait reçu le Prix Sakharov, décerné par le Parlement européen,  ont été arrêtées. Ils avaient dû quitter la Turquie où ils subissaient des persécutions et des exactions constantes et, depuis 1994, ils avaient le statut de réfugiés politiques en Europe. Ils y continuaient une lutte pacifique afin que l’on puisse enfin trouver une solution pacifique à la « Question kurde » ce qui est d’ailleurs instamment réclamé par le Parlement européen dans le cadre de la demande d’adhésion de la Turquie.

C’est une infamie d’accuser MM  KARTAL, AYDAR et d’autres personnalités politiques kurdes qui œuvrent pour la paix et pour que les Kurdes obtiennent enfin la pleine jouissance de leurs droits démocratiques. Les Kurdes sont surpris par cette attaque soudaine de la part des États européens et ils attendent que justice leur soit rendue. Dans le texte de l’acte d’accusation à leur encontre, on peut constater que l’attaque qu’ils ont subie est liée à un jeu politique qui n’a aucun lien avec leur action démocratique. L’opération de la police belge a été planifiée sous la pression de la Turquie et de l’OTAN, pour des raisons de politique étrangère qui n’ont rien à voir avec les Kurdes. Les félicitations du ministre turc des Affaires étrangères et le bulletin de satisfaction octroyé par l’ambassade ainsi que celui émanant du département des Affaires étrangères des États-Unis en sont la preuve évidente. On a appris par la presse que certains éléments de la police turque ont participé aux opérations puisque on a entendu des sommations en langue turque où on ordonnait aux Kurdes rassemblés pour protester : Dispersez-vous ! Sinon on vous dispersera par la force !

Les Kurdes vivent en Belgique depuis des années, ils y forment une communauté très paisible et leurs activités n’ont jamais été menées à l’encontre des lois belges. Ces opérations avaient pour but de les criminaliser alors qu’ils y vivent paisiblement  avec l’ensemble de la population. Est-ce cette confraternité qui dérange l’État turc ? Veut-on par tous les moyens empêcher une solution démocratique à la Question kurde en accusant la population kurde de terrorisme, en poursuivant ou en écrouant ceux qui s’efforcent de construire un avenir de paix et d’égalité pour tous en Turquie.
Nous voulons protester contre les opérations policières que les Kurdes ont subies en Belgique et trouver une réponse aux interrogations que nous nous posons. C’est pourquoi nous demandons à tous les Kurdes éparpillées aux quatre coins de l’Europe de participer à la marche que nous organisons de 3 avril 2010. 
Cette manifestation n’a qu’un but : Stop aux injustices subies par les Kurdes ! Liberté pour nos hommes politiques kurdes !
   
Vive le fraternité entre les peuples !
Une solution démocratique à la Question kurde !

Départ : bd du Roi Albert II – 1000 Bruxelles – 3 avril 2010 à 10 h
Clôture de la manifestation : Parc du Cinquantenaire – 1000 Bruxelles

X
F
E
E
D

B
A
C
K