Après avoir été chassés de la ville d’Azzaz, le 27 février, et avoir pris le contrôle de Karakozak, où se trouve le tombeau de Suleiman Chah, le grand-père du sultan Osman, fondateur de la dynastie ottomane,  des groupes armés de l’EIIL ont lancé des attaques contre les zones kurdes.

Les attaques visent notamment la petite ville de Sirrin, à 45 km de Kobani,  et le village de Karakozak, à 35 km de la frontière avec la Turquie. Situées sur la fleuve historique de l’Euphrate, ces zones ont une importance stratégique afin de pouvoir couper les liaisons entre Kobani, Afrin et Alep.

Suite à des attaques sans succès, l’EIIL a amené ces derniers jours des centaines de combattants depuis Raqa.  

Depuis 19 Mars, les combats se sont intensifiés entre les Unités de défense du peuple (YPG) et l’EIIL.  

A Tal Abyad, sur la frontière avec la Turquie, au moins 60 “djihadistes” ont été tués au cours des affrontements qui ont eu lieu les 21 et 22 mars, selon le bureau de presse de l’YPG. Les corps de quinze d’entre eux sont entre les mains des combattants kurdes, tandis qu’un tank appartenant à l’EIIL a été détruit dans le village de Kendal, ajoute le bureau de presse. Dix “djihadistes” ont en outre été capturés, a declaré l’YPG dans un communiqué, affirmant avoir perdu neuf combattants dans ses rangs. 

A Sirrin,  situé à l’ouest de Kobani, des affrontements se déroulent depuis plusieurs jours entre les combattants de l’YPG, armée kurde constituée de femmes et hommes, et les bandes armés de l’EIIL qui auraient soutenus par le régime syrien, selon des responsables kurdes.

le 15 Mars, des groupes armés avaient également lancé une vaste attaques contre la région de Kobani, toujours sans succès. Au moins 40 membres de l’EIIL avaient été tués, selon sources proches de l’YPG.

En quinze jours, des dizaines de “djihadistes”, 150 selon des sources proches de l’YPG, ont été tués, et de nombreuses armes et de munitions ont été saisies, dans la région de Kobani.

Par ailleurs, les 18 et 19 mars à Serêkaniyê (Rass al-Ain), une ville frontalière avec la Turquie, les combattants kurdes ont riposté, en lançant de grandes opérations contre les bases de l’EIIIL, situées à 25 km de la ville. Plus de 30 membres de l’EIIL ont été tués et 7 villages ont été libérés.

Publié par ActuKurde

Après avoir été chassés de la ville d’Azzaz, le 27 février, et avoir pris le contrôle de Karakozak, où se trouve le tombeau de Suleiman Chah, le grand-père du sultan Osman, fondateur de la dynastie ottomane,  des groupes armés de l’EIIL ont lancé des attaques contre les zones kurdes.

Les attaques visent notamment la petite ville de Sirrin, à 45 km de Kobani,  et le village de Karakozak, à 35 km de la frontière avec la Turquie. Situées sur la fleuve historique de l’Euphrate, ces zones ont une importance stratégique afin de pouvoir couper les liaisons entre Kobani, Afrin et Alep.

Suite à des attaques sans succès, l’EIIL a amené ces derniers jours des centaines de combattants depuis Raqa.  

Depuis 19 Mars, les combats se sont intensifiés entre les Unités de défense du peuple (YPG) et l’EIIL.  

A Tal Abyad, sur la frontière avec la Turquie, au moins 60 “djihadistes” ont été tués au cours des affrontements qui ont eu lieu les 21 et 22 mars, selon le bureau de presse de l’YPG. Les corps de quinze d’entre eux sont entre les mains des combattants kurdes, tandis qu’un tank appartenant à l’EIIL a été détruit dans le village de Kendal, ajoute le bureau de presse. Dix “djihadistes” ont en outre été capturés, a declaré l’YPG dans un communiqué, affirmant avoir perdu neuf combattants dans ses rangs. 

A Sirrin,  situé à l’ouest de Kobani, des affrontements se déroulent depuis plusieurs jours entre les combattants de l’YPG, armée kurde constituée de femmes et hommes, et les bandes armés de l’EIIL qui auraient soutenus par le régime syrien, selon des responsables kurdes.

le 15 Mars, des groupes armés avaient également lancé une vaste attaques contre la région de Kobani, toujours sans succès. Au moins 40 membres de l’EIIL avaient été tués, selon sources proches de l’YPG.

En quinze jours, des dizaines de “djihadistes”, 150 selon des sources proches de l’YPG, ont été tués, et de nombreuses armes et de munitions ont été saisies, dans la région de Kobani.

Par ailleurs, les 18 et 19 mars à Serêkaniyê (Rass al-Ain), une ville frontalière avec la Turquie, les combattants kurdes ont riposté, en lançant de grandes opérations contre les bases de l’EIIIL, situées à 25 km de la ville. Plus de 30 membres de l’EIIL ont été tués et 7 villages ont été libérés.

– See more at: http://www.actukurde.fr/actualites/634/syrie-violents-combats-entre-kurdes-et-djihadistes-.html#sthash.7l5TQ408.dpuf

X
F
E
E
D

B
A
C
K